Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1896 - tome 136.djvu/203

Cette page n’a pas encore été corrigée


chevelu sur le corps d’un lion ailé. L’idée est plus littéraire que plastique. Les statues les plus intéressantes du Champ-de-Mars, les plus vraiment modernes, nous ont paru, en définitive, avec le groupe déjà connu de la Femme endormant son enfant par M. Camille Lefèvre, les études de M. Fagel, son Greffeur et sa Chanteuse aux étoiles, auxquels il faut joindre plusieurs morceaux importans dus à des artistes belges et vigoureusement traités, Ulenspiegel et Nèle, de M. Charles Samuel, groupe destiné au monument de Charles de Coster à Bruxelles, et la Lutte de M. Lambeaux.

Dans les deux Salons, aux Champs-Elysées, les bustes exacts, vivans, en des matières diverses, sont très nombreux, et nous ne saurions les énumérer d’une façon complète, même en nous en tenant aux plus réussis et aux plus intéressans. Les plus regardés à juste titre ont été, d’une part, le buste en argent de M. Dagnan par M. Dampt, et, d’autre part, celui du marquis de Salisbury, par M. Bruce-Joy, un manieur de bronze singulièrement habile et pénétrant ; celui de M. Albert Gaudry, par M. Barrias ; celui de M. Félix Faure, par M. Lanson ; de M. Casimir-Perier, par M. Alfred Boucher ; du Docteur Glénard, par M. Suchetet, et de M. Bonnet, avocat général, par M. Pallez ; de M. Aube, statuaire, par Mlle Gerderès ; de M. Sully Prudhomme, par M. Marochetti, et ceux qui portent les signatures de MM. Verlet, Labatut, Boutry, Begneux, Baralis, Laforet, Houssin, Hercule, Ducrot, Drouot, Leroux, Bernstamm, Patry, Rivet, etc.. Un buste de Grand’Mère par M. Sabatté doit nous rappeler que ce jeune artiste, élève de M. Gustave Moreau, est l’auteur, dans la section de peinture, de deux études excellentes qui ont mis son nom en lumière, une tête de vieille femme, analysée, modelée, peinte avec une vigueur juste et délicate, et une vieille dame assise, Auprès du feu. M. Sabatté n’est pas le seul, dans la nouvelle génération, qui aborde ainsi simultanément l’étude de la peinture et de la sculpture, deux arts qui se complètent l’un par l’autre ; ce retour spontané, chez beaucoup de jeunes gens cultivés et curieux, vers le juste sentiment de l’unité dans l’art est une des tendances actuelles qui nous font, malgré tout, bien augurer de l’avenir.


GEORGES LAFENESTRE.