Page:Revue des Deux Mondes - 1896 - tome 134.djvu/598

Cette page n’a pas encore été corrigée


ans à venir à la terre, à raison de 32 millions de lieues par sept minutes. Comment nous, qui occupons une des plus petites places dans un des plus petits systèmes, pourrions-nous jamais parvenir à comprendre la cause de tout cela ? Et s’il fallait employer à cette occasion les règles ordinaires de la critique, ne pourrait-on pas présumer que les explications données sur cette terre à nous, étant uniquement applicables à ladite terre, sont par cela même fort suspectes ? Nous sommes une cinquième roue à un carrosse et nous prétendons que le carrosse roule pour nous.

J’en aurais long à dire sur la propreté des belles dames d’autrefois. C’est une mode moderne, comme beaucoup d’autres, renouvelée des Grecs. Etes-vous allée à Versailles ? Avez-vous lu Dangeau et Saint-Simon ? Louis XIV se faisait faire la barbe deux fois par semaine. Il n’est pas prouvé qu’il ait pris un bain dans sa vie. Il se lavait les mains avec un peu d’esprit-de-vin. Je m’arrête parce qu’il ne faut pas tout dire, et que cela n’empêche pas qu’il ne fût un grand roi. Il y a dans Brantôme cette phrase : « J’ai connu beaucoup de gentilshommes qui, premier que porter leurs bas de soye, prioient leurs dames et maîtresse de les porter devant eux quelque huit ou dix jours, du plus que du moins, et puis les portoient en très grand vénération et contentement d’esprit et de corps. »

N. B. Que la cour de France était alors la plus propre de l’Europe, sauf peut-être celle du Sultan, qui, en sa qualité de Turc, nous était probablement supérieur en ce point.


PROSPER MERIMEE.