Page:Revue des Deux Mondes - 1896 - tome 134.djvu/274

Cette page n’a pas encore été corrigée


opération assez délicate que de chercher des argumens pour quelque chose qu’on désapprouve. C’est cependant le devoir d’un rapporteur, cela forme le caractère et doit préparer à la diplomatie. Je vous donnerai deux pages de ma préface en allant au musée. Veuillez agréer, madame, l’expression de mes respectueux hommages.

PROSPER MERIMEE.


Je voudrais bien connaître la personne très instruite qui cause de moi.

Madame,

Je vous écris de mon lit, où je suis encore non pas précisément malade, mais las et emmigrainé. J’ai envoyé à M. Jannet, mon illustre éditeur, ma préface, et elle est peut-être à l’heure qu’il est sous la presse. Nous avons parlé de tant de choses l’autre jour que j’ai oublié tout à fait de vous montrer ces deux pages. Vous n’y perdez pas.

Je suis sans le moindre pouvoir pour conserver la chapelle qui vous intéresse. Je la regrette comme vous, mais je ne sais pas comment on pourrait la sauver si elle est sur un alignement. D’ailleurs toutes les questions de ce genre où les monumens historiques interviennent ne peuvent se décider que par de l’argent, et c’est ce qui nous manque malheureusement le plus. Il faudrait non seulement acheter, mais conserver, et c’est une autre impossibilité.

Vous parlez si mystérieusement de votre interlocuteur, ami d’une vieille dame anglaise, que je ne devine pas du tout. Il me semble, madame, que je n’aurais pas trop peur de ce qu’on pourrait dire de moi, vous présente. Vous êtes de ces gens qui, selon l’expression espagnole, hacen espaldas aux gens en péril, même aux inconnus.

J’ai cherché dans mes paperasses, inutilement jusqu’à présent, des notes que j’avais écrites sur des mythes antiques, un mois que je donnais des leçons de mythologie à trois dames. Mon cours avait un grand succès, lorsqu’il fut interrompu par un voyage, et naturellement il ne fut pas repris. Il y a ou il doit y avoir quelque chose sur l’antagonisme dont nous parlions l’autre jour, et que je vous montrerai si je mets la main dessus.

Je ne vois presque pas, madame, et ma tête pèse comme celle de Jupiter avant la naissance de Minerve, Je vous remercie de ne