Page:Revue des Deux Mondes - 1896 - tome 134.djvu/192

Cette page n’a pas encore été corrigée


soit un otolithe. On recueille souvent des otolithes dans les terrains tertiaires. Dans les terrains crétacés, ils sont moins nombreux. Je ne crois pas qu’on en ait signalé dans des assises plus anciennes.

Les reptiles actuels ont une ouïe beaucoup plus développée que les poissons. Les charmeurs égyptiens font danser les serpens najas avec une flûte grossière. Le lézard aime le son de la flûte ; il entend voler une mouche à plusieurs pieds de distance. En sifflant un air gai et mélodieux, on approche de l’iguane. Cependant les reptiles n’ont pas d’oreille externe ; seulement, chez les crocodiles, la peau forme un repli au-dessus delà membrane du tympan. Le tympan manque quelquefois ou est caché sous la peau. La caisse ne renferme qu’un seul os ; le limaçon n’est pas encore tourné en spirale.

M. Cope a été assez habile pour préparer une oreille d’un reptile primaire. On voit les canaux semi-circulaires ; on n’aperçoit ni les petits os de l’oreille, ni le limaçon. Peut-être les dinosauriens secondaires ont-ils été mieux doués ; mais leur appareil de l’ouïe n’a pas sans doute égalé celui des animaux à sang chaud.

Chez les mammifères, l’appareil de l’ouïe est complet ; il y a généralement un grand pavillon ; la caisse renferme quatre os ; le limaçon est tourné en spirale. Puisque la classe des mammifères est celle dont l’évolution s’est achevée le plus tardivement, nous devons croire que le sens de l’ouïe n’a eu son perfectionnement qu’à une époque relativement récente.

L’homme, le dernier venu du monde animé, combine des sons au moyen desquels il rend matériellement les impressions les plus diverses de son âme. Les organes de l’ouïe ont chez lui une telle délicatesse qu’une de ses suprêmes jouissances est d’entendre des concerts où il s’enivre de mélodie et d’harmonie : la musique est une des formes du génie humain.

Histoire de l’odorat. — L’appréciation des odeurs est beaucoup plus subjective que celle des formes et des sons. Lorsque je dis qu’un objet est triangulaire ou carré, j’exprime une réalité objective qui existe en dehors de ma vision, au lieu que la qualité d’une odeur n’est pas indépendante de mon tempérament ; ce qui semble bon à l’un, semble mauvais à un autre. Mais, si je ne peux affirmer que des odeurs sont bonnes ou mauvaises, il m’est permis de prétendre que les odeurs des êtres organisés doivent être plus intenses et plus variées de nos jours que dans les premiers âges. En effet, les animaux pendant leur vie ont des odeurs, et, après leur mort, leur décomposition produit de l’ammoniaque, de l’hydrogène sulfuré, etc. Comme ils sont plus grands et plus