Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1896 - tome 134.djvu/17

Cette page n’a pas encore été corrigée


vous. Adieu, madame, veuillez m’excuser si je ne vous ai pas remerciée plus tôt. J’attendais que l’esprit de ténèbres se fût retiré de moi, je veux dire que j’eusse décoléré, ce que je n’ai pas fait depuis huit jours.

Veuillez agréer, madame, l’expression de tous mes respectueux hommages.

PROSPER MERIMEE.


Je ne sais de quel cachet ma lettre était cachetée. Est-ce celui-ci ? C’est un calembour latin. La pierre représente une chatte, en latin felis. Le premier propriétaire s’appelait Félix, qui se prononçait probablement à peu près de même que felis. Or Félix a le même sens en latin que le nom qu’on m’a donné et qui m’a fait enrager bien souvent. J’ai l’amour des pierres gravées, et si j’avais de l’argent, je fouillerais tous les tombeaux grecs pour en découvrir, — des pierres, non de l’argent.


Paris, 28 juin 1856.

Madame,

Voici ce que j’ai appris sur les derniers momens de cette pauvre femme que je regrette de tout mon cœur. Elle avait une glande au sein, rien de dangereux. On lui dit qu’il faudrait une opération qui l’obligerait à rester huit jours au lit, et huit sur son canapé. L’idée d’interrompre son train de vie et de déranger ses amis lui était insupportable. Elle a ajourné jusqu’après la saison. L’opération a eu lieu, précisément dans un mois où, par une cause inexplicable, elles sont particulièrement dangereuses. On l’a chloroformée. L’insensibilité a été complète ; mais, chose étrange, elle n’a pas perdu connaissance, et a eu conscience qu’elle subissait une opération dangereuse. Elle a éprouvé une violente secousse morale, tout en demeurant exempte de douleur. C’est Joubert qui l’a opérée. Il paraît que tous les symptômes étaient bons, lorsque tout d’un coup la fièvre s’est déclarée. En trois jours de temps tout espoir a été perdu. Elle a conservé sa connaissance jusqu’au dernier moment. Elle a parlé longuement à son mari et à sa fille. Elle a chargé M. Ch… de her best wishes for her friends quelle a nommés un à un, trouvant à chacun quelque chose d’aimable et de particulier à leur dire. De temps en temps elle demandait à M. Cuvier, qui était auprès d’elle (car il est médecin) : « Croyez-vous que je vive encore une heure ? » Il est impossible d’avoir plus de courage et plus de présence d’esprit. Le seul regret de la vie qu’elle ait ressenti fut de dire : « J’ai peut-être eu tort de quitter mon pays. » La maladie a duré moins de