Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1894 - tome 125.djvu/137

Cette page n’a pas encore été corrigée


dans la causerie, même intime, tout ce qui de près ou de loin ressemble à une interruption ; pour ne pas couper la parole au voisin, on laisse parfois refroidir la riposte, et les formules Pardon ! Excusez-moi ! reviennent plus souvent que nous ne le jugerions nécessaire. Il s’ensuit un peu de formalisme et d’apprêt. De même les mots heureux prononcés à la ronde sont recueillis, répétés, « mis sous verre, » surtout lorsqu’ils émanent de beaux esprits officiellement reconnus. Ceux-ci ne pouvaient être plus choyés à l’hôtel de Rambouillet qu’ils ne le sont par les précieuses de Boston. Nous supplions les dames américaines qui n’ont connaissance de ce mot qu’avec l’accompagnement d’une épithète injurieuse de vouloir bien oublier leur grand favori Coquelin en Mascarille, de se souvenir qu’avant d’être rendues ridicules par Molière, les précieuses furent illustres au gré de Corneille. La pruderie, l’affectation, le pédantisme qu’on a reprochés aux imitatrices dégénérées du premier rond dont Voiture était l’âme ne fut que l’exagération bourgeoise des raffinemens et des délicatesses fort louables opposés par de grandes dames, qui étaient aussi des femmes de bien, aux dérèglemens communs des mœurs et du langage. Comme Boston, l’hôtel de Rambouillet représenta un foyer de culture intellectuelle, et, en s’y reportant, on retrouverait dans l’un presque tout ce qui a cours aujourd’hui dans l’autre : le respect d’une vertueuse contrainte ; le culte de l’amitié ; le mépris des choses grossières ou même trop sensibles ; l’oubli volontaire des nécessités du corps et des conditions de la vieillesse ; les subtilités d’une langue de convention décernant de jolis surnoms aux initiés, etc. De même que la cour et la ville jalousaient l’hôtel de Rambouillet, de même les grandes villes rivales lancent à l’Athènes de l’Amérique les flèches de l’envie ; ce qui n’empêche pas que ce soit de Boston en particulier, et de la Nouvelle-Angleterre en général, que part la généreuse et noble impulsion qui chez nous autrefois, vers le commencement du XVIIe siècle, se communiquant du palais d’Arthénice à la France entière, y produisit le savoir-vivre, la politesse et l’esprit du monde, — dont les noms même étaient presque inconnus jusque-là.


TH. BENTZON.