Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1893 - tome 120.djvu/907

Cette page n’a pas encore été corrigée


Les distractions étaient rares à Washington. Gilbert Stuart, le célèbre portraitiste, y vint faire un séjour en 1803. Il eut un succès fou. Tout le monde voulait un portrait de Stuart, il fallait prendre son rang. On écrit à Mrs Madison : « Stuart fait rage, il est tué de travail. Chacune de ces dames lui dit : Cher monsieur Stuart, vous paraissez bien fatigué, il faudra vous reposer quand mon portrait sera terminé. »

En 1804, Mrs. Madison dut se séparer de sa sœur Anna qui avait toujours vécu avec elle et l’aidait à faire les honneurs du salon de Jefferson. Anna Payne épousait Richard Cutts, représentant du Maine au Congrès. Les mariés traversèrent Baltimore, Philadelphie, où Anna revit Sally Mac Kean devenue marquise d’Yrujo, New-York et Boston. Dans cette dernière ville, la sœur de Mrs Madison fut hébergée par Mrs Knox, l’amie infinie de la première présidente, et se trouva en pleine société fédéraliste. Elle y fut très choyée, en dépit des animosités politiques si ardentes à cette époque.

On a quelques lettres adressées par Mrs Madison à sa sœur au cours de ce voyage de noces. Elles contiennent quelques allusions aux incidens minuscules qui rompaient la monotonie de la vie dans la capitale. Washington est désert ; Stuart a fini ses portraits et s’en va peindre les gens de Boston, mais il reviendra l’hiver prochain, car il a acheté un lot pour y construire un « temple ». Le baron Humboldt est arrivé, un charmant baron prussien ; toutes les dames sont folles de lui, bien qu’il ne soit pas positivement beau. Mais il est poli, modeste, en même temps le mieux informé et le plus intéressant des voyageurs ; il aime beaucoup les Etats-Unis. Il va s’embarquer pour la France et y publier un récit de ses voyages, mais il reviendra ; « il avait avec lui tout un train de philosophes. » Une délégation d’Indiens vint un jour à Washington. Le secrétaire d’Etat invite à souper les hommes