Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1893 - tome 120.djvu/244

Cette page n’a pas encore été corrigée


238 REVUE DES DEUX MONDES. pourront donner ni le rétablissement de l’équilibre budgétaire, ni l’abaissement des taux ruineux du’ change. Il n’existe qu’un moyen de salut pour les finances de l’Italie, c’est le désarmement, la renon- ciation au rôle de grande puissance militaire ; aucun homme d’État italien ne paraît disposé à recommander ce sacrilice à ses concitoyens. La grève s’est continuée dans le Pas-de-Calais avec son cortège habituel de misères, de souffrances et de menaces contre l’ordre social et la liberté du travail. Il est toutefois probable qu’avant peu de jours la grande majorité des mineurs aura abandonné la lutte. La Bourse n’a pas plus songé à escompter la fin de ce triste épisode qu’elle ne s’était sérieusement préoccupée de sa prolongation. Les cours de la rente ont oscillé dans des limites assez étroites : 98.50 et 98.10, et la tendance a été plutôt à la réaction; le 3 pour 100 valait en effet 98.47 le 13 courant et a fini le 28 à 98.30. Le 3 pour 100 amortissable s’est tenu sans changement à 98.25, de même que le 4 1/2 à 105 fr. L’écart entre les prix du 4 1/2 et du 3 pour 100 ne s’est encore que bien faible- ment élargi; depuis quinze jours l’accroissement est à peine de 20 cen- times. Dans ces conditions, l’arbitrage du 3 pour 100 contre le 4 1/2 continue à se recommander à l’attention des capitalistes qui croient, avec raison, que la conversion ne pourra avoir des chances assurées de succès que si elle est avantageuse aux porteurs du fonds à con- vertir. On peut supposer que la rente française aurait été plus fermement tenue si la débandade des cours de l’Itahen n’avait paralysé toute vel- léité d’amélioration. Ce fonds valait 84.20 environ le 13 octobre. La baisse a commencé avec la liquidation, les cours ronds de 83, 82, 81, 80 ont été successivement perdus. Les rachats des vendeurs à décou- vert ont seuls arrêté la chute; le dernier cours est 80.15. La rente 3 pour 100 d’Italie a reculé en même temps de 50 à 48 etles actions des Chemins méridionaux de 572.50 à 635. Les marchés de Gênes et de Rome ont été en pleine déroute, les cotes de ces places ont envoyé chaque jour le Crédit mobiher en baisse plus forte. Ce sont les ventes de Berlin et de la péninsule qui ont fait la débâcle, et il n’y a en ce moment d’autre élément de résistance à la dépréciation que l’existence même d’un découvert sur notre place; encore s’exagère- t-on peut-être l’importance de cet élément. L’Extérieure a été très soutenue par un groupe financier hispano- français auquel est confiée la mission de préparer le terrain pour un emprunt de consolidation. Mais l’affaire de MelUla a dérangé les calculs du syndicat. Il est impossible de prévoir à quelles dépenses le Trésor peut se trouver entraîné par cette expédition contre les Kabyles, d’autant que la campagne vient d’être assez mal engagée par une sortie imprudente où le général Margallo, qui commandait la place, a trouvé la mort. Le change est en hausse à Madrid et à Barcelone, la