Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1893 - tome 120.djvu/216

Cette page n’a pas encore été corrigée


POÉSIE RENAISSANCE VAUCLUSE Celui-là qui vécut sous ta roche, ô Vaucluse, Et conduisit la gloire en tes âpres ravins, Ne fut pas seulement le rimeur aux pleurs vains Qui gémit de son mal, le caresse ou l’accuse. Soumis plus qu’à l’Amour aux leçons de la Muse, Il aspira surtout vers les lauriers divins; Car la Rome éternelle et ses beaux écrivains Habitaient en son âme inquiète et recluse; Le désir l’avait pris de survivre comme eux, De mettre un nom toscan parmi les noms fameux Que l’immortalité transmet aux races brèves. Sur les chemins nouveaux où le monde est entré, Nous tendons notre effort au but qu’il a montré. Et Pétrarque a tracé la route de nos rêves.