Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1893 - tome 119.djvu/448

Cette page n’a pas encore été corrigée


relever le niveau moral du peuple, à lui donner le sentiment de sa dignité, mais aussi il prend un empire sans limite sur les consciences. Il est obéi, mais redouté. Si cette puissance ne va pas sans quelques inconvéniens, c’est ce qu’il pourrait y avoir lieu d’examiner, mais, en général, nos créoles en ont plutôt éprouvé les avantages. Il y a d’ailleurs des loges maçonniques… dont le vénérable est souvent trésorier du conseil de fabrique.

Ce serait une injustice que d’omettre de parler de la façon dont les pauvres gens entendent la solidarité. Rien de touchant comme l’attachement des servantes pour leurs maîtres dans la détresse. Elles leur sont des parentes dévouées et soumises, et fidèles jusqu’à la mort. La piété filiale, l’amour des frères et des sœurs, inspirent des sacrifices qui durent toute la vie. Si fort est le lien qui unit les familles les moins légitimes, que personne ne meurt de faim aux Antilles. Les plus misérables savent prendre sur leur nécessaire, partager les fruits et le mince morceau de morue avec leurs frères et leurs amis. Dans ces pays où tant de malheureux enfans n’ont point de père, ils ont au moins deux mères, la mère naturelle et la marraine, la marraine dont la tendresse est des plus actives, et pour qui les engagemens prescrits par le rite sont aussi sacrés et aussi impérieux que les obligations du sang. Et c’est là ce qu’il convient de mettre en lumière, la bonté humaine l’emporte sur tous les travers ou les défauts que l’esprit critique s’ingénie à caractériser et à décrire, et plus l’on s’approche des petits, de ceux à qui la vie est le plus dure, plus elle éclate, cette vertu des humbles, ignorée d’elle-même, la bonté supérieure et naïve, vrai luxe des âmes et des intelligences les plus pauvres, et par où elles se vengent noblement de nos dédains de caste et d’éducation. Le noir est bon. Ne regrettons pas les larmes que nous ont fait verser Paul et Virginie et la Case de l’oncle Tom, aux jours lointains et bénis de l’enfance, alors que nous étions loin de soupçonner les problèmes de l’économie politique et de la sociologie comparée.


III
Si ou di moin un mô encô
Moin ka menné ou la tou Eiffel.

Cette invective créole peut se passer de traduction. M. Louis Garaud, vice-recteur de la Martinique, vient de publier un joli