Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1893 - tome 119.djvu/242

Cette page n’a pas encore été corrigée


en 1887, pour mettre fin à l’obstruction irlandaise : « la guillotine de la clôture. » Il fit décider par la chambre que les articles 5 à 8 devraient être discutés et le vote rendu au plus tard le 6 juillet, les articles 9 à 26 le 13 juillet, les articles 27 à 40 le 20 juillet, les articles supplémentaires, le préambule et les cédules le 27 juillet. Le chairman, ou président du comité, devait, immédiatement après, rapporter le bill à la chambre en séance plénière.

Le programme a été suivi de point en point par la majorité, non sans de vives protestations dans le parlement, et sans des polémiques dans la presse ou les réunions dont on jugera le ton excessif par ce fait que lord Randolph Churchill y a publiquement traité M. Gladstone « de fou ou de traître. » Le 27 juillet, jour de la clôture, M. Chamberlain, qui voulait flétrir la servilité des libéraux à l’égard du premier ministre, le compara à cet Hérode des actes des apôtres, dont le peuple acclamait les paroles par ces mots : « Voix d’un Dieu et non d’un homme ! » Là-dessus, M. O’Connor et quelques autres Irlandais, sans se mettre en peine de chercher bien loin dans les Écritures, de quoi flétrir la conversion de l’ex-radical, lui crièrent plusieurs fois : Judas ! Judas ! Aussitôt des cris s’élèvent, des insultes s’échangent de toutes parts. On se collète, on se rue les uns sur les autres, la salle des séances est transformée en une salle de boxe ! L’ordre ne se rétablit qu’au bout de dix minutes, pendant lesquelles il y eut des yeux pochés, des nez endommagés, et même des dossiers de bancs arrachés. La presse anglaise puisera, nous en sommes sûrs, dans le souvenir de cette séance, une grande indulgence pour les assemblées parlementaires des autres pays.

Quant au bill, sa situation reste exactement celle que nous avons exposée il y a six semaines. Nul ne peut dire quelle sera sa destinée, maintenant que la formalité de la troisième lecture est terminée ; mais il n’est pas fort près encore de devenir loi, quelle que soit la conduite du ministère. On demandait à un Irlandais, récemment installé aux États-Unis, quelle était son opinion politique. « Je n’en sais rien, répondit-il, mais je suis opposé au gouvernement ! » Cette opposition endémique est la raison d’être et toute la morale du home-rule.

Tandis que la discussion se poursuivait ainsi à Westminster, où les chefs des deux partis avaient grand’peine à retenir leurs soldats, depuis que la saison des bains de mer et l’ouverture de la chasse nationale du groupe, en Ecosse, les invitaient à quitter la capitale, d’importans événemens économiques ou coloniaux attiraient l’attention du public britannique. Depuis un mois, près de 400,000 ouvriers mineurs qui ont refusé d’accepter une diminution de salaires de 25 pour 100, que les patrons déclaraient être dans la nécessité d’imposer, ont cessé le travail. C’est là certainement l’une des coalitions les plus