Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1892 - tome 114.djvu/571

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Nous avons reconnu tant de bons procédés, en lui disant que son accueil nous touchait sans nous surprendre ; qu’à Strouga, Okhrida, partout, les popes bulgares avaient été pour nous des frères, et que, du fond du cœur, nous leur souhaitions en retour l’arrivée de cet archevêque.

Le pope, dont toutes les veines de la face se sont d’abord gonflées, a fini par sourire : il sait bien que nos Efïendesses plaisantent, que ces cornus de Bulgares sont appréciés à leur juste valeur par nous autres Français, et que jamais, au grand jamais, nous n’aurions, nous, fait obtenir les bérats à ces hérétiques, ces schismatiques et ces maudits...

Il est difficile en Macédoine de hurler à point avec les loups. Nous y mettons tout le zèle et toute la conviction de gens en appétit, dont le dîner dépend souvent des loups eux-mêmes. Pourtant, à Dchoura, des Valaques, dans le plus pur grec moraïte, nous ont étonnés par un réquisitoire contre les Grecs, et voici qu’à Resen un pope slave, geignant grec comme une araba bulgare, traite d’hérétique, de schismatique, de maudit, sa toute sainteté l’archevêque d’Okhrida. Une fois lancé, il va, et la suite vaut le début : « Ils sont hérétiques parce qu’ils disent qu’on peut employer en liturgie la langue bulgare, comme si l’inscription sur la croix du Christ n’avait pas été en hébreu, grec et latin, et comme si ces trois langues n’étaient pas les seules admises et comprises de Dieu ! »

Nous observons, mais en toute crainte d’hérésie, que, pourtant, les Russes et les Serbes prient dans leur idiome.

— Ce n’est pas la même chose ! Les Russes et les Serbes ont reçu la permission du patriarche et des conciles ! Les Bulgares ont été excommuniés par les uns et par l’autre en 1872 ; et c’est pourquoi ils sont schismatiques... Et puis n’est-ce pas une conduite de maudits d’aller mettre les Turcs dans les choses de Dieu ! Ces cornus, pour obtenir leurs bérats, ont rendu visite au cheikul-Islam et lui ont promis de se convertir bientôt, eux et leurs diocèses... Mais elle peut venir, sa toute sainteté ! elle peut venir chez notre pope, là-bas, au bord du lac de Presba, dans le village de Podmocjani ! Aussi vrai qu’il s’appelle Stoian Kristitch et qu’il est chrétien, il lui fermera sa porte et son église à la toute sainteté ! et l’on verra si l’archevêque ose appeler les zaptiehs turcs pour forcer l’entrée... Nous, nous devrions ce soir venir à Podmocjani pour attendre cette réception : nous aurions un beau récit à rapporter en Europe.

— L’Europe, avons-nous répondu, n’a pas besoin de nos récits. Elle est édifiée sur les Bulgares et leurs évêques. Et comment admettre, en effet, les prétentions bulgares dans le royaume d’Alexandre le Grand ! en Macédoine ! en plein pays hellène !