Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1892 - tome 114.djvu/378

Cette page n’a pas encore été corrigée


circonstances exceptionnelles avaient disparu, était contraire à la constitution fédérale qui interdit toute création de papier-monnaie. Cet argument n’ébranla point les inflationistes, préoccupés avant tout de ne point laisser diminuer les moyens d’échange à l’abondance desquels ils attribuaient le prompt retour de leur prospérité. Ils allaient jusqu’à déclarer qu’ils préféraient les greenbacks au numéraire. En 1876, M. Jones, sénateur pour l’État de Nevada, et rapporteur d’une commission chargée d’une enquête sur la situation monétaire, s’exprimait ainsi : « L’inconvénient de la monnaie métallique est qu’on est exposé à la voir disparaître par l’exportation. Un tel danger n’est pas à craindre si l’on a uniquement du papier. Que l’État se charge de le fabriquer, et pour mesurer la quantité nécessaire, il n’a pas besoin de consulter la situation du commerce et de l’industrie, qui est toujours un baromètre incertain ; il n’a qu’à prendre pour base le chiffre de la population, en rapprochant le nombre des nouveau-nés de celui des décès. » M. Jones, au nom de la commission sénatoriale, concluait à la remonétisation de l’argent et au maintien d’un papier inconvertible ; il négligeait de dire comment les États-Unis commerceraient avec l’étranger lorsqu’ils n’auraient plus aucune monnaie exportable. Il est aisé de comprendre que des gens imbus de semblables théories devaient être peu sensibles aux argumens légaux et aux motifs d’équité invoqués par le gouvernement. La coalition qui se forma contre le président et le secrétaire du trésor était trop forte pour qu’ils pussent en triompher ; et le congrès décida, malgré leur résistance, que les 346,681,016 dollars en papier qui étaient encore entre les mains du public ne seraient ni rachetés ni retirés, et que ceux qui viendraient à rentrer dans les caisses du trésor, par la voie de paiemens, ne seraient plus ni oblitérés, ni détruits, qu’ils devraient être remis immédiatement en circulation. Les inflationisies rendirent aux silvermen, dans leur entreprise en faveur de la remonétisation de l’argent, l’appui qu’ils en avaient reçu. Cette campagne a valu une sorte de célébrité au représentant Bland, qui l’organisa et la dirigea ; elle fut conduite avec une extrême vigueur. Ce fut vainement qu’on essaya, par voie de transaction, de faire accepter un monnayage partiel de l’argent, en n’attribuant au métal blanc une valeur libératoire que dans la limite de 20 ou de 30 dollars : on exigeait le monnayage illimité de l’argent et une parité absolue entre l’argent et l’or. En 1877,1a législature de l’Illinois adopta un bill qui attribuait à la monnaie d’argent pleine valeur libératoire pour l’acquittement de toute dette et de tout engagement public ou privé. Ce bill fut frappé de veto par le gouverneur de l’État comme constituant un