Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1892 - tome 114.djvu/242

Cette page n’a pas encore été corrigée


LE MOUVEMENT FINANCIER DE LA QUINZAINE.

L’automne est la saison de la cherté de l’argent. On sait que depuis le commencement de l’année en cours, les capitaux ont été partout d’une abondance exceptionnelle. Malgré les achats considérables de céréales que l’Europe a dû faire, le dernier hiver, aux États-Unis, il a été expédié de New-York à destination de l’ancien continent des quantités considérables d’or qui ont grossi notablement les stocks de ce métal en Angleterre, en France, en Allemagne et en Autriche-Hongrie, ainsi qu’en ont témoigné les bilans des grandes banques de ces pays.

D’autre part, les emplois nouveaux offerts à ces disponibilités ont été fort rares ; les transactions commerciales se sont alanguies sous l’influence de l’application du tarif Mac-Kinley aux États-Unis et de la réforme douanière inaugurée en France depuis le 1er février 1892. Les taux d’escompte sont descendus partout au niveau le plus bas qui eût été vu depuis longtemps. En même temps les valeurs et fonds d’États de premier ordre ont considérablement haussé de prix.

Cette période d’extrême aisance sur le marché monétaire semble près de se clore, et déjà la Banque d’Angleterre a été obligée de relever de 2 pour 100 à 3 pour 100 le taux de son escompte. La Banque de l’empire en Allemagne a suivi l’exemple en portant son taux de 3 à 4 pour 100. Les disponibilités ne font nullement défaut encore, mais la spéculation sur les divers marchés financiers européens doit compter avec la perspective d’un resserrement plus ou moins accentué pendant les dernières semaines de 1892.

A cette raison générale d’arrêt dans le mouvement qui jusqu’ici portait toujours plus haut les prix de toutes les grandes valeurs, sont venus s’ajouter en octobre divers motifs spéciaux de circonspection. Notre rente 3 pour 100 a été compensée fin septembre à 99.75. La rentrée imminente des chambres, les incidens de la grève de Carmaux, les préoccupations relatives à l’expédition du Dahomey ont été cause qu’il n’a pas été tenté d’effort bien sérieux pour relever le 3 pour 100 au-dessus du pair et qu’au contraire on l’a laissé fléchir pendant la première quinzaine du mois à 99.20. Le ministère a franchi assez heureusement la passe des interpellations relatives à la grève ; le recours à un haut arbitrage n’a pas eu le succès qu’on en avait espéré, mais l’obstination des grévistes à vouloir obtenir