Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1892 - tome 114.djvu/161

Cette page n’a pas encore été corrigée


clarification fondé sur son emploi. Il réussissait, disait-on, à l’usine d’Essonnes. Ce qui est praticable avec les eaux d’une fabrique de papiers, fût-elle aussi importante que celle-ci, n’a plus les mêmes chances de succès quand il s’agit de traiter en 24 heures 300 millions de litres d’eau souillée par tout un peuple. Comme le sulfate d’alumine, la chaux en solution, ce qu’on appelle le lait de chaux, est un clarificateur beaucoup plus qu’un épurateur. Sous son influence, la majeure partie des matières en suspension forme un dépôt boueux, volumineux et encombrant, dont on ne trouve pas l’emploi. L’eau qui s’en sépare est claire, mais elle contient encore une partie des matières organiques suffisante pour la rendre impropre à la vie. La ville de Leicester et celle de Leeds ont cependant pratiqué en grand le traitement du sewage par la chaux. Elles ont fini par y renoncer.

Tous les autres procédés ont donné des résultats analogues, et les municipalités qui, en diverses parties de l’Europe, en avaient entrepris l’essai, n’y ont pas persévéré. Je ne parle, bien entendu, que de ceux dont le point de départ était assez rationnel pour mériter l’attention. D’autres, innombrables, n’étaient que des combinaisons plus ou moins mystérieuses des réactifs les plus inattendus, et sont tombés dans un oubli mérité. On a été, — c’est presque incroyable, — mais

Le vrai peut quelquefois n’être pas vraisemblable,

jusqu’à proposer de congeler les eaux d’égout dans une immense usine frigorifique et de transporter toute cette glace en Russie, pour l’y employer comme engrais. Pourquoi en Russie ? C’était, sans doute, pour allonger le voyage. En effet, 400,000 tonnes de glaces par jour, quel élément de trafic pour la marine et les chemins de fer ! On n’a cependant pas voulu en tenter l’essai.

L’oxygène, qui est l’élément actif de l’atmosphère, est aussi le principe de toute combustion. Quand on dit que le feu purifie tout, c’est au rôle de l’oxygène dans la nature qu’on rend hommage. Répandu partout, pénétrant par tous les pores dans l’écorce terrestre, soluble dans les eaux, il fait partout sentir son action, et recherche pour s’unir à elles toutes les substances pour lesquelles il est doué d’affinité. Cette union a tous les caractères et les effets de la combustion. Même lorsqu’elle se produit au sein des eaux, elle n’est pas sans chaleur. D’autre part, les êtres en nombre presque infini qui constituent le monde organique, les animaux, les végétaux, ont pour élémens principaux de leurs tissus le carbone et l’hydrogène unis à l’inerte azote. La vie en provoque et maintient