Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1892 - tome 112.djvu/413

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la Romania. Ce petit manuscrit, très personnel à Charles d’Orléans, contient deux poésies écrites de la main même de François Villon. Voici comment on peut établir ce point. M. Byvanck a remarqué que certaines poésies de ce manuscrit avaient été transcrites de la main propre de Charles d’Orléans, et que les ballades du concours Je meurs de soif... sont chacune d’une écriture différente et bien caractérisée. Au-dessus de ces ballades un scribe a noté les noms des auteurs : Robertet, Caillau, Villon, etc. On ne retrouve l’écriture de la ballade de Villon qu’une autre fois dans le manuscrit : et c’est l’écriture du Dit de la naissance Marie, qui est signé : « Votre povre escolier Françoys. » D’ailleurs l’orthographe de ces deux pièces est de tous points conforme à celle de Villon, qu’on avait rétablie à l’aide de la méthode critique. Tandis que les autres poètes écrivaient soif, Villon note seuf, à la parisienne. Il orthographie je pourré pour je pourrai, perdent pour perdant. Quand M. Byvanck aura apporté l’ensemble de preuves philologiques qu’il se propose de donner, le petit manuscrit 25458 deviendra bien célèbre. L’encre avec laquelle sont écrites les deux pièces est la même aussi, différente des autres encres du manuscrit, qui ont un ton plus noir. Elle est jaune, fine et pâle. En effet chacun portait alors son encrier à la ceinture, un galimart avec les plumes et l’encre que l’on préférait. L’écriture est petite, serrée, ronde et nette, peu gothique d’aspect et assez analogue à celle de Rabelais dans la minuscule. Mais les grandes lettres sont gothiques, quoique Villon en ait simplifié quelques-unes par un procédé tout à fait personnel. Elles sont disposées en colonne, avec soin, au début des vers, séparées par un blanc du mot qu’elles commencent. On voit très bien que le poète avait la grande habitude des acrostiches, et qu’il mettait les lettres initiales de ses vers en lumière. Enfin il traçait au-dessus de tous les y un petit signe courbe très délicat.

Voici maintenant la conjecture que l’on peut faire, d’après ce manuscrit, sur les relations de Charles d’Orléans et de François Villon. Le Dit de la naissance Marie est copié sur le premier feuillet d’un des cahiers reliés qui composent le manuscrit. Mais les quatorze pages qui suivent sont restées en blanc. Peut-être que le cahier avait été remis à Villon, que le poète fut paresseux ou qu’il cessa de plaire à la cour. Rien ne peut être fixé à cet égard. Toutefois, M. Byvanck a pu constater, au moyen de remarques philologiques qu’il exposera tout au long, que Charles d’Orléans a écrit de sa main, au recto de la page qui contient le poème sur la Naissance Marie et peu après, une réponse indirecte au Dit de Villon, où il demandait la paix.