Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1892 - tome 112.djvu/411

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


traîné en Angleterre une douloureuse captivité. Rien n’avait pu l’en distraire que la composition de poèmes charmans, doux et résignés. Il avait appris l’anglais pour écrire des rondeaux d’une exquise fraîcheur, quoique les critiques anglais pensent qu’il en fit seulement trois et que les autres furent traduits par des poètes de ce temps. Dès l’âge de quarante trois ans, il fut infirme, avec quelque coquetterie, et déclara qu’il abandonnait le dieu d’Amours. Étant vieux, grave, estimé pour ses souffrances et la noblesse de son esprit, il avait de par son état de prince du sang une situation haute et imposante. Son cou était long, sa figure maigre et sèche avec la bouche grande, le nez fin un peu retroussé et tout l’air de son visage était austère et timide. En 1457, il devait être déjà bien las, car il ne put plus écrire ni même signer à partir de l’an 1463. Pourtant, l’année d’avant, en 1456, au conseil du roi, il demandait une croisade, peut-être désireux d’aller mourir en Terre-Sainte. Toutes les semaines, le vendredi, il donnait à dîner à treize pauvres et les servait lui-même. Il était pieux et indulgent. Sa cour de Blois fut à la fois paisible et brillante. Charles d’Orléans désirait de plus en plus ce royaume de Nonchaloir, où il parut entrer enfin vers 1462. Le nonchaloir est un peu ce que les stoïciens et les épicuriens appelaient l’ataraxie. Le vieux duc voulait le calme moral, sans souci. Et il ne prenait plaisir qu’à une société raffinée, artistique, qu’il recevait à Blois et gardait le plus longtemps possible. Mais un homme si grave ne pouvait supporter les élégans de la cour et les minauderies des jeunes gens délicats.

Il raille les nouvelles modes, les pourpoints déchiquetés et crevés, les souliers à longue pointe. Ce n’est pas là ce qull demandait aux gens de goût avec lesquels il aimait à vivre. Il les voulait surtout poètes, avec un esprit soudain qui leur permît d’improviser une réponse à un problème d’amour. Les bouts-rimés étaient en honneur, autant que les concours de ballades ou de rondeaux où le premier vers était proposé à plusieurs poètes. Charles d’Orléans correspondait ainsi avec Olivier de La Marche, Meschinot, Jean de Lorraine, Jean de Bourbon, Jacques de La Trémoille ; Robertet vint à la cour de Blois ; enfin il avait dans sa maison Guiot, Philippe Pot, Boulainvilliers, Blosseville, Fredet, Gilles des Ormes, Simonet Gaillau et Jehan Caillau, qui était aussi son médecin. Entre ceux-là il y avait comme des tournois de poésie, auxquels le duc d’Orléans prenait part. Cependant il jouait aux échecs, et la duchesse aux dames, aux marelles et au glic, avec les officiers du duc. Les états de dépenses de la maison d’Orléans pour ce temps montrent qu’il passa souvent à la cour des ménestrels, que l’on traitait avec de l’argent. Charles d’Orléans