Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1891 - tome 107.djvu/367

Cette page n’a pas encore été corrigée


de Nassau, le propre frère de Guillaume d’Orange, viennent présenter à la gouvernante une requête. La démarche est audacieuse. C’est le bonnet rouge qu’on offre à Louis XVI. La requête ne vise à rien moins qu’à l’adoucissement des ordonnances, autant dire à la méconnaissance complète des ordres du roi.

L’indignation fut grande dans le conseil. « Qu’avez-vous à craindre de pareils rebelles ? s’est écrié Berlaymont, ce ne sont que des gueux. » Oui, des gueux ! mais des gueux qui mendient l’épée à la main et la carabine sur l’épaule. Tous ces seigneurs grossièrement égoïstes, qu’une prompte révolution peut seule mettre en règle avec leurs créanciers, acceptent gaiement l’injure et la prennent à l’instant pour devise. Ils avaient formé une ligue, signé un engagement : le comte de Berlaymont vient de leur fournir un drapeau. Dans un de ces festins qui se prolongeaient bien avant dans la nuit et d’où les convives ne sortaient jamais qu’en complet état d’ivresse, le sieur de Brederode fit attacher à la voûte de la salle une besace de frères mendians. Les initiés prêtèrent sur cet emblème le serment de résister à l’oppression espagnole.

Par le pain, par le sel, par la besace,
Les gueux ne changeront quoi qu’on face.

Sans un drapeau distinct et sans une Marseillaise, il n’y a pas de révolution possible. On vit bientôt apparaître dans les rues de la capitale les plus nobles gentilshommes « accoutrés de draps gris, portant, avec la barbe courte, de longues moustaches à la turque, » et, pendue au cou, une médaille d’or. Sur un des côtés de cette médaille on remarquait l’effigie de Philippe II entourée de ces mots : En tout fidèles au roi ; sur l’autre face on trouvait deux mains jointes et une besace.

Fidèles au roi ! ce fut de tout temps la prétention des oppositions étourdies ou hypocrites. En connaissez-vous de plus pernicieuses au bon ordre et à la royauté ? Des seigneurs débauchés qui chantaient à tue-tête les psaumes de Marot :

Tailler ne te feras imaige
De quelque chose que ce soit.
Sy honneur luy fais ou hommaige,
Bon Dieu jalousie en reçoit,

auraient eu, quelle que fût leur fidélité prétendue envers le souverain, mauvaise grâce à vouloir réprimer les excès des iconoclastes. Le 20 août 1566, la cathédrale d’Anvers est envahie par une multitude fanatique et hurlante. Les statues du Christ, de la Vierge, des