Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1891 - tome 107.djvu/350

Cette page n’a pas encore été corrigée


On écrirait une jolie comédie sur le danger de prendre pour argent comptant les bravos mondains, bulles de savon qui se transforment en ballons dans la pensée de l’artiste, de l’auteur ; et non-seulement une comédie, mais un gros volume, s’il fallait raconter l’histoire des déceptions qu’engendrent ces griseries d’amour-propre. Oui, certes, il faudrait commencer par rabattre les trois quarts de ces éloges de convention, et croire qu’au fond de l’âme l’auditeur rabat encore les deux tiers ou le tout du quart qu’il vous octroie si bénévolement ; oui, le monde, la civilisation même ont pour bases la réserve, la politesse, je ne dis pas l’hypocrisie ; ni l’un ni l’autre ne subsisteraient si chacun se croyait tenu d’imiter l’homme aux rubans verts, et c’est Philinte qui aura toujours raison dans la querelle du sonnet. Chaque métier, chaque corps d’état ne garde-t-il pas son idiome, ses traditions, ses épreuves d’initiation ? En entrant dans un salon, vous dépouillez forcément la surface de vos idées pour prendre le jargon de ceux qui vous y précèdent : sous peine de passer pour un malotru ou un sauvage, vous devez vous plier à mille usages assez ridicules en apparence, respecter les préjugés de vos hôtes, admirer des prétentions un peu vaines. La franchise radicale devient brutalité, la raideur du langage est comme cette liberté absolue tant vantée par les philosophes du XVIIIe siècle, qu’on ne trouve pas plus dans les huttes des tribus primitives que dans la maison du bourgeois moderne ou le palais des rois. Sans doute ces petits mensonges sociaux ont déterminé de cruelles mortifications, mais a-t-on établi la liste des joies innocentes qu’ils ménagent à des milliers d’honnêtes gens qui ne demandent pas davantage ? Et si des génies comme Napoléon, des esprits avisés comme Mme de Montesson, ont eu le vertige en respirant la fumée d’encens qui montait vers eux, si le seul fait de vivre avec ses semblables entraîne une diminution d’indépendance, en enchaînant la parole et l’acte, ne convient-il pas de considérer avec une philosophie tolérante ces rites mondains et ces piperies de gloriole, contre lesquels l’ironie solitaire peut s’exercer ii loisir, mais qui, en somme, ont peut-être fait plus d’heureux que de malheureux ?


VICTOR DU BLED.