Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1891 - tome 107.djvu/183

Cette page n’a pas encore été corrigée


Torpilleurs. — Audacieux, n° 126, Capitaine-Cuny ; Doudart-de-Lagrêe, n° 127.

L’escadre B, commandée par l’amiral Puech, était formé de 24 bâtimens :

Cuirassés. — Courbet, Trident, Indomptable, Terrible, Caïman, Vauban, Duguesclin, Bayard.
Bâtimens légers. — Tage, Sfax, Dupetit-Thouars, Forbin, Faucon, Dague, Couleurine.
Torpilleurs. — Balny, Ouragan, Challier, n° 68, n° 151, Agile, Capitaine-Mehl, Déroulède.

Les navires des secteurs de la défense mobile étaient : l’Achéron, la Fusée, la Mitraille, et 20 torpilleurs.

Le 6 au soir, les deux escadres se séparaient pour exécuter le thème suivant :

Une escadre A, venant de Gibraltar, fait route pour passer entre les Baléares et l’Espagne ; son objectif est d’opérer contre les côtes de France ou de Corse.

Une escadre B, qui croise pour couvrir notre littoral, est avertie par le télégraphe que l’escadre A a doublé le cap de Gate ; l’escadre B se porte à la rencontre de celle-ci afin de lui barrer passage entre Majorque et Barcelone.

L’escadre A a l’avantage de la vitesse, l’escadre B celui du nombre et de la puissance militaire.

Si les bâtimens de l’escadre A réussissent à gagner les côtes de France ou de Corse, il faudra qu’ils stationnent devant les points qu’ils attaqueront pendant au moins six heures, dont trois de jour, et en forces supérieures aux forces de terre et de mer qui leur seraient opposées, pour que ces points puissent être considérés comme réduits.

A cet effet, un coefficient numérique de puissance militaire est donné à la défense terrestre des ports ci-dessous :

Toulon, Marseille, Villefranche, Nice, Ajaccio, Port-Vendres, Cette, Antibes, Bastia. Les autres ports ne sont pas censés défendus.

Le coefficient de la défense terrestre d’un port s’ajoutera aux coefficiens des bâtimens concourant à sa défense ; c’est à cette somme que sera comparé le total des coefficiens des navires assaillans pour établir la supériorité ou l’infériorité de la défense.

La rade des îles d’Hyères sera neutralisée.

Les hostilités prendront fin à minuit, dans la nuit du 10 au 11 juillet.

Nous n’entrerons pas ici dans le détail des conventions qui