Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1891 - tome 107.djvu/182

Cette page n’a pas encore été corrigée


Dans la soirée du 24, l’escadre mouillait à Marseille, ayant détaché la 3e division en observation devant Cette.

La première partie de l’exercice de mobilisation était terminée ; vingt-quatre heures après le décret de convocation des réservistes, notre escadre de première ligne avait pris le large et quarante-huit heures après, nos côtes étaient couvertes par 12 cuirassés et par les défenses mobiles.

Le 25 au matin, l’escadre rentrait aux Salins-d’Hyères, ayant été ralliée par la division de réserve.

C’est à ce mouillage que les bâtimens mobilisés rejoignaient successivement le pavillon du vice-amiral Duperré, qui se trouvait, le 28 juin, à la tête d’une flotte de 60 navires, la plus imposante concentration de forces navales qui ait eu lieu en France depuis la guerre de Crimée.

Du 25 juin au 4 juillet, l’armée navale de la Méditerranée s’est livrée à tous les exercices que comportait l’instruction des réservistes. Constantes alertes de jour et de nuit, fréquens appareillages avec tirs au canon et lancement de torpilles sous vapeur, exercices d’éclairage, attaques de torpilleurs, en un mot le détail de toutes les opérations que peut effectuer une escadre, tel a été le programme quotidien en rade des Salins-d’Hyères.

On sait combien les périodes d’exercices de ce genre sont pénibles pour tous. L’escadre, tenue dans un état permanent d’entraînement militaire, y est habituée : c’est son existence normale et sa raison d’être. Mais il est juste de reconnaître que les réservistes ont montré le plus grand entrain et qu’ils se sont mis très vite au courant des détails du service et des perfectionnemens apportés dans nos instrumens de combat depuis leur départ. Hommes laits et sérieux, ils ont prouvé que leur embarquement, qui s’opérait pour la première fois, apporterait à nos bâtimens un solide contingent de bras robustes et d’esprits ouverts.


II

Les journées du 4 et du 5 ont été consacrées au ravitaillement en eau et en charbon et au repos des équipages.

Le 6 juillet, l’armée navale était divisée en deux escadres A et B. L’escadre A, placée sous le commandement de l’amiral Dor-lodot des Essarts, était composée de 17 bâtimens :

Cuirassés. — Hoche, Dévastation, Formidable, Amiral-Baudin, Redoutable.
Bâtimens légers. — Cécille, Lapérouse, Lalande, Vautour, Condor, Dragonne, Bombe.