Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1891 - tome 104.djvu/828

Cette page n’a pas encore été corrigée


dans le même esprit, ont été imaginés par les gymnastes suédois. Ils ont pour chaque exercice plusieurs modes d’exécution, plusieurs « variantes » dans lesquelles l’effort musculaire croît ou décroît progressivement d’intensité. L’ensemble de leurs mouvemens représente ainsi comme une gamme très étendue, dans laquelle il est toujours possible de trouver la note qui s’harmonise exactement avec la résistance du malade.

Dans certains cas, la gymnastique suédoise pousse l’atténuation de l’exercice jusqu’à supprimer complètement l’effort ; le sujet n’exécute plus l’exercice, mais il le subit. Le gymnaste est alors chargé, non plus de résister à des mouvemens voulus, mais seulement d’imprimer au corps ou aux membres des déplacemens dans divers sens, pour lesquels le patient ne fournit ni aide ni résistance. Ce sont les mouvemens passifs. Les mouvemens passifs agissent sur les articulations, dont ils entretiennent la mobilité ; sur les muscles, dont ils augmentent la souplesse et activent la nutrition ; ils ont une action remarquable sur la circulation du sang, qu’ils facilitent à l’égal des mouvemens actifs, et sont, pour cette raison, très usités dans le traitement gymnastique des maladies du cœur. Ils ont enfin une action remarquable sur le système nerveux et sont fréquemment utilisés dans le traitement des névroses.

Les mouvemens passifs ne sont pas encore le dernier degré d’atténuation de la « cure mécanique. » Les gymnastes suédois ont, dans leur catalogue, des procédés plus doux encore. Sans déplacer le corps ou les membres, ils font subir aux tissus vivans des attouchemens, des manipulations plus ou moins énergiques qui produisent tantôt sur la peau, tantôt sur les muscles, tantôt sur les organes profonds, des effets divers tels que frictions, malaxations, percussions, c’est le massage.

Le massage n’est pas séparé, dans l’enseignement de Stockholm, de la gymnastique médicale, dont il est considéré comme une forme atténuée. Dans toute ordonnance des médecins gymnastes, on le voit indiqué à côté des divers mouvemens qui composent la cure. Les diverses variétés de massage sont du reste enseignées à tous les jeunes gens et jeunes filles qui se destinent à la profession de gymnaste, et nous avons dit que les élèves-instructeurs de l’armée suédoise doivent apprendre à masser. Nous n’avons pas à entrer ici dans de longs détails sur cette forme du traitement suédois, elle est beaucoup plus connue chez nous que les autres parties du système, et nous confondons même à tort, sous cette rubrique de « massage, » les trois élémens de la cure mécanique : massage proprement dit, mouvemens passifs et mouvemens actifs.