Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1891 - tome 104.djvu/818

Cette page n’a pas encore été corrigée


par les lois de la mécanique humaine. Mais l’utile est toujours mêlé à l’agréable, en ce sens que l’harmonie des mouvemens s’accorde avec un résultat hygiénique qui découle de leur forme, tel, par exemple, qu’une tendance à provoquer de profondes respirations, ou bien à contre-balancer l’influence des mauvaises habitudes de tenue.

Il existe dans le catalogue de la gymnastique suédoise un grand nombre d’attitudes, empreintes d’une tendance qu’on pourrait appeler orthopédique, parce qu’elles visent à redresser le corps. Ces attitudes portent, dans le système, le nom de mouvemens correctifs, et reviennent à chaque leçon dans la gymnastique des écoles ; je les ai vus appliquer aussi dans les exercices militaires de l’armée et de la flotte suédoise. On est frappé, dans le système gymnastique imaginé par Ling, de voir apparaître à chaque instant cette préoccupation de remédier aux conformations vicieuses par l’attitude et les mouvemens. En cela, le système est parfaitement adapté aux besoins de la race. Les Suédois sont très grands ; on en jugera par ce fait, que leur minimum de taille, pour l’infanterie, est de 1m,67, tandis que, chez nous, il a été abaissé à 1m, 54. Avec cette haute stature ils sont, en général, très minces et très élancés, ce qui prédispose les jeunes gens et les jeunes filles, au moment de la croissance, à toutes les variétés des déviations de la colonne vertébrale. Mais, grâce à leur gymnastique, en laquelle les parens ont une loi absolue, ces déviations se corrigent toujours, quand elles ne sont pas compliquées d’une affection des os ; et si l’on voit, aux cliniques des médecins gymnastes, une grande quantité d’enfans déviés, on observe, au contraire, que les jeunes gens des deux sexes sont droits, souples, et de belle tenue. C’est le meilleur argument en faveur de la méthode qui les a redressés.

Aucun des mouvemens de la gymnastique suédoise n’est forcé, en ce sens qu’aucun ne demande au muscle mis en action un effort qui aille jusqu’à la limite de sa puissance ; tous sont combinés de telle façon qu’aucun muscle ne reçoive une somme d’exercice supérieure à celle des autres. De là, chez les gymnastes suédois, une remarquable harmonie dans les proportions du corps, parce qu’aucune partie n’a été développée avec exagération. La gymnastique suédoise vise à favoriser, chez le jeune homme, le développement normal du corps, et l’épanouissement naturel de ses aptitudes, et, chez l’homme mûr, à conserver le plus longtemps possible les qualités physiques ; elle n’a pas la préoccupation de faire dépasser à l’individu le niveau de force corporelle où il était destiné à parvenir par l’évolution naturelle des organes. Toutefois, les gymnastes suédois sont très vigoureux, et leurs muscles, sans être grossis outre mesure sur telle ou telle région déterminée du corps, offrent