Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1891 - tome 103.djvu/782

Cette page n’a pas encore été corrigée


demi-million d’israélites, la plupart dans l’Amérique du Nord. Quant à l’Australie et aux îles du Pacifique, les juifs ne font que commencer à s’y établir ; on n’en compte peut-être pas encore 20,000, débarqués depuis moins d’un quart de siècle.

On voit que, à aucune époque, Israël n’a été aussi dispersé que de nos jours. Jamais il n’a possédé pareille ubiquité ; il est en quelque sorte présent partout, dans tous les pays de civilisation du moins. C’est pour le sémite circoncis, autant que pour l’aryen baptisé, que Colomb et Gama ont découvert des mondes nouveaux. Le juif est monté dans l’entrepont de nos vaisseaux, et il fait, de compagnie avec nous, le tour et la conquête du globe. On voit, en même temps, que, pris en gros, les juifs sont aujourd’hui une population essentiellement européenne : la grande majorité d’entre eux habite l’Europe ou les colonies de l’Europe ; et en maintes régions de l’Asie ou de l’Afrique, tout comme en Palestine, la plupart des juifs sont venus d’Europe, apportant avec eux des langues européennes.

Tous ces chiffres, même pour l’Europe, ne sont qu’approximatifs. Une chose, seulement, parait certaine : jamais il n’y a eu autant de juifs. Presque partout le nombre des juifs tend à augmenter, et non-seulement leur nombre absolu, mais leur nombre relatif, la proportion des juifs aux chrétiens. Dans l’orient de l’Europe, la population juive s’accroît par l’excédent continu des naissances sur les décès. Dans l’occident de l’Europe, comme en Amérique, la population israélite augmente surtout par l’immigration, par l’afflux des juifs, entraînés de l’est à l’ouest, des pays où ils sont le plus nombreux, vers les pays où ils sont le moins nombreux et où la loi ou les mœurs les laissent plus libres. L’occident les attire par un double aimant : par ses richesses et par ses libertés.

Le centre de gravité d’Israël est dans l’ancienne Pologne et les contrées voisines de Russie, de Roumanie, d’Autriche-Hongrie. En 1772, les recensemens officiels donnaient, pour toute la population juive de Pologne et de Lithuanie, le chiffre de 308,500 âmes. Un écrivain polonais estimait que le nombre de ces juifs montait, en réalité, à 450,000 [1]. Aujourd’hui, les descendans de ces /|50,000 juifs polonais sont plus de dix fois, peut-être quinze fois plus nombreux. On ne saurait guère évaluer leur postérité actuellement vivante, dans les trois empires héritiers de la Pologne, à moins de 5 ou 6 millions d’âmes. A juger de l’avenir prochain par le passé le plus récent, le judaïsme n’est pas près de disparaître. Il

  1. T. Czacki : Rosprawa o Zydach ; Vilna, 1807, p. 216. — Cf. Brafmaun : Kniga Kagala, t. I, p. 307.