Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1891 - tome 103.djvu/781

Cette page n’a pas encore été corrigée


qu’aucun autre état. C’est un héritage de la Pologne, devenue, au moyen âge, le centre d’Israël. Après l’empire russe, les deux états de l’Europe qui comptent le plus d’habitans Israélites sont les deux autres puissances co-partageantes de la Pologne, l’Autriche et la Prusse. L’Autriche-Hongrie seule a 1,650,000 ou 1,700,000 sujets juifs : la Galicie en possède environ 700,000 ; la Hongrie, 650,000 ; la Bohême, 100,000. Après l’Autriche-Hongrie, vient l’empire d’Allemagne, avec 600,000 israélites, dont les deux tiers dans le royaume de Prusse.

Les descendans de Jacob sont beaucoup moins nombreux dans les autres états de l’Occident ou de l’Orient. Ils sont environ 100,000 en Angleterre ; — un pou moins, peut-être 80,000 en France, dont les trois quarts à Paris ; — à peu près autant en Hollande, dont la moitié à Amsterdam ; — 50,000 en Italie, particulièrement dans l’Italie du Nord et du centre. Il n’y a guère que 9,000 ou 10,000 juifs en Suisse ; 6,000 ou 7,000 en Belgique ; 5,000 en Danemark ; 3,000 en Suède ; quelques centaines en Norvège. En Espagne et en Portugal, où vivaient, avant le XVe siècle, un million peut-être d’israélites, les juifs indigènes ont été chassés ou baptisés : il en est revenu de 1,500 à 1,600, abrités à Gibraltar sous le drapeau anglais. Dans l’orient de l’Europe, la Turquie compte environ 120,000 juifs ; — la Grèce, 5 ou 6,000, la plupart à Corfou ; — la Bulgarie, 20,000 ; — la Serbie, 5,000 ; — la Roumanie, moins de 300,000 selon les israélites, plus de 400,000 selon certains Roumains [1].

Dans les autres parties du monde : en Asie, leur berceau ; en Afrique, où ils avaient des colonies dès l’antiquité ; en Amérique et en Océanie, où ils émigrent à notre suite, le nombre des Juifs est notablement moindre. Toute l’Asie en compte à peine 300,000, dont la majeure partie dans l’empire ottoman, en Asie-Mineure, en Syrie, en Palestine même, où les Juifs, revenus peu à peu d’Occident, après une absence de douze ou treize siècles, dominent de nouveau à Jérusalem. Les ethnologues en ont reconnu quelques milliers en Perse, en Asie centrale, dans l’Inde et jusqu’en Chine ; là se sont conservés mystérieusement quelques débris d’antiques colonies d’Israël. En Amérique, où, chaque année, des milliers d’immigrans juifs vont chercher un refuge contre les vexations de certains gouvernemens d’Europe, il y aura bientôt, sans doute, un

  1. Voyez notamment, dans le Nouveau dictionnaire de géographie universelle de M. Vivien de Saint-Martin, le savant article : Juifs, de M. Isidore Loeb. Si les chiffres que nous donnons ici sont parfois plus élevés, c’est que nous avons cru devoir tenir compte de l’imperfection des statistiques en certains pays, en Russie, par exemple ; et, en d’autres, comme l’Angleterre ou la France, de l’augmentation récente des israélites par l’immigration.