Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1890 - tome 102.djvu/843

Cette page n’a pas encore été corrigée


lui-même, de la Vita nuova au Paradis, immuable, n’ayant subi aucune de ces métamorphoses qui, dans une vie moyenne, renouvellent trois ou quatre fois l’homme, n’ayant passé par aucune évolution, ayant déjà, quand il combattait même dans les rangs des guelfes au siège de Caprona, les théories gibelines qu’il devait exposer dans son traité De Monarchia, aussi austère quand il épiait le salut de la gentilissima donna et envoyait à ses amis littéraires des énigmes poétiques que lorsqu’il invectivait les Florentins ou admonestait les cardinaux d’Italie ; à la tête de la politique de son parti comme des lettres de son temps, aussi grand comme diplomate que comme poète, bref, passant à travers son époque dans l’attitude unique et hiératique d’une statue de bronze, qui, sous les plis symétriques d’un manteau que le vent n’agite plus, sous un front dont les rides resteront éternellement les mêmes, cache aux yeux des générations futures les transformations, les avatars, les faiblesses, qui ont fait l’homme dont elle est l’image.

Il ne nous déplaît pas de voir cette idole à terre et de pouvoir, à sa place, dresser une figure plus mobile et plus humaine, comme nous aimons à nous la représenter. Sans doute, nous savons peu de chose sur l’homme dont elle nous empêchait, plus encore que notre ignorance, de pénétrer l’âme ; mais nous savons qu’il fut guelfe avant d’être gibelin ; nous savons qu’après avoir aimé dans une extase celle qu’il nomma Béatrice, il l’oublia et fut infidèle à sa mémoire ; nous savons qu’il commit les faiblesses que nous connaissons tous ; nous savons qu’il eut de robustes haines, des préjugés injustes, qu’il se trompa quelquefois et se contredit souvent. Et nous l’en aimons davantage parce qu’il est plus près de nous sans être moins grand : car l’idée qu’on se fait de lui peut changer avec les époques et changera peut-être d’autant plus que sa légende détruite laisse un champ plus libre aux hypothèses, mais son œuvre est là, dans sa magnifique coulée, et combien plus parfaite, plus solide et plus inébranlable que l’image que lui avaient dressée l’ignorance, la légèreté, le parti-pris, les préjugés, ou l’aveugle admiration de ses biographes !


EDOUARD ROD.