Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1889 - tome 96.djvu/655

Cette page n’a pas encore été corrigée


Robert Elsmere, by Mrs Humphry Ward, 3 vol. London, 1888 ; Smith and Elder.


De tous les romans qui ont paru depuis la mort de George Eliot, Robert Elsmere est certainement celui qui a fait le plus de bruit, et non pas seulement comme œuvre littéraire ; il a été d’abord et surtout un témoignage hardi de l’évolution de la pensée anglaise au point de vue des croyances ; ce témoignage a produit d’autant plus de scandale en de certaines régions qu’il était porté par une femme.

Mrs Humphry Ward, l’auteur d’une traduction du Journal d’Amiel et d’un roman assez peu connu, Miss Bretherton, devint célèbre du jour au lendemain ; son nom fut mêlé à d’ardentes polémiques, le Times et beaucoup d’autres journaux dénonçant son œuvre comme une attaque impie contre la religion révélée, quelques-uns y voyant au contraire le signal d’un réveil de la foi, — de la foi vivante et véritable opposée à cette prétendue foi qui n’est que l’inertie d’un sommeil pire que celui de la mort. Nous reprocherons pour notre part à Robert Elsmere d’être tout ensemble un roman et un traité de théologie, c’est-à-dire de n’être propre à satisfaire ni les théologiens ni les amateurs de fiction, aucun d’eux