Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1889 - tome 96.djvu/553

Cette page n’a pas encore été corrigée


II. LE PHILOSOPHE. [1]


I

« Au nom du Dieu glorieux et tout-puissant ! Celui qui veut aller à la ville de Jérusalem peut y arriver par nombre de routes tant de terre que de mer ; par divers chemins on arrive à une même fin. » C’est par ces paroles que sir John Maundeville ouvre le récit de ses voyages. La première phrase répète l’invocation religieuse qui précède chaque chapitre du Coran, et la seconde est le titre même d’un des chapitres de Montaigne.

Par divers moyens on arrive à semblable lin, telle est bien l’opinion que Maundeville a déposée dans son livre. Il y enseigne que les choses les plus éloignées sont encore voisines, que les plus

  1. Voyez la Revue du 15 novembre.