Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1889 - tome 92.djvu/816

Cette page n’a pas encore été corrigée


nom qui ne révère pas la patrie de ses pères et ne souhaite de la voir prospérer [1] ? »

Selon les nécessités du moment, le peuple des Etats-Unis approuve tous les ménagemens et les subterfuges, plutôt que de laisser modifier ou réviser la constitution, arche sainte devant laquelle il aime à danser. Le pacte de 1787 s’est prêté à des combinaisons très diverses. Quiconque ne connaîtrait que par son texte séculaire le mécanisme actuel du système fédéral s’exposerait à commettre de graves erreurs. Et pourtant, sauf les amendemens adoptés après la guerre civile et réglant l’abolition de l’esclavage ou les droits des nouveaux affranchis, les amendemens antérieurs furent presque tous votés dès le début, comme addition nécessaire à l’œuvre constitutionnelle incomplète. Au lieu de s’appliquer à détruire le vieil édifice gouvernemental, les partis s’efforcent de le rendre habitable dans l’espoir de s’y loger.

Les états particuliers manifestent plus de goût pour le changement. C’est la contre-partie inévitable en toute question américaine. Les constitutions locales ont été souvent remaniées dans le sens du radicalisme. Il est vrai que plusieurs d’entre elles remontaient à la période coloniale et tiraient leur origine d’une charte monarchique ; quelques-unes subsistèrent telles quelles assez longtemps après la fondation de la république.

Dans les épisodes de la vie quotidienne, l’instinct de la loi guide ordinairement les Américains. Chacun d’eux se regarde comme un juré de naissance, et au besoin comme un gendarme volontaire, toujours prêt en cas d’urgence à prêter main-forte à l’autorité pour la bonne cause et à suppléer les commissariats, les tribunaux et la gendarmerie, dont la défection ou l’absence se font parfois désagréablement sentir dans les nouveaux états et les territoires. Ces dispositions d’esprit sont soutenues par la presse qui reste conservatrice, à l’exception de quelques feuilles spécialement socialistes ou anarchistes, allemandes pour la plupart, et de date récente. Lorsque les grèves de 1877 éclatèrent, les principaux journaux, sans distinction de parti, le Times, la Tribune, le World, le Herald, etc., s’accordèrent pour flétrir les violences des grévistes, et pour réclamer « la répression la plus rigoureuse et la plus rapide, au nom même de l’humanité. »

Durant de longues années, aucun sentiment de haine ni de malveillance ne divisa les différentes catégories de citoyens. L’impôt sur le revenu fut établi sans arrière-pensée, simplement à titre fiscal. Nul ne songeait à en faire le prélude de l’impôt progressif,

  1. Carnegie, le Triomphe de la démocratie.