Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1888 - tome 89.djvu/861

Cette page n’a pas encore été corrigée


I. ÉLÉMENS SCIENTIFIQUES DE LA MORALITÉ.


I. M. Guyau, la Morale d’Epicure dans ses rapports avec les doctrines contemporaines, 1877 ; la Morale anglaise contemporaine, 1878 ; Esquisse d’une morale sans obligation ni sanction, 1883. — II. Wundt, Ethik, 1888. — III. A. Barratt, Physical Ethics, 1869. — IV. Stephen Leslie, Science of Ethics, 1883. — V. Miss Simcox, Natural Law, an Essay in Ethics, 1877.


Un astronome pourrait esquisser d’avance, peut-être, la carte de l’état du ciel dans quelques millions d’années, marquer les changemens des constellations et le déplacement de notre étoile polaire ; mais deviner tes transformations possibles du ciel moral, les déviations d’axe et de pôle, les étoiles nouvelles et les étoiles un jour disparues, c’est une tâche autrement difficile : les faits de l’ordre social sont infiniment plus compliqués que les lois astronomiques. Et cependant notre curiosité inquiète ne peut s’empêcher de sonder d’avance l’inconnu de l’avenir : c’est la grandeur de notre pensée que de ne pouvoir s’enfermer dans le présent. La morale même ne nous commande-telle pas de travailler et d’agir non pour l’heure qui sonne, mais pour tous les temps et pour cet