Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1888 - tome 89.djvu/80

Cette page n’a pas encore été corrigée


que peut contenir une existence humaine disposant d’une incalculable fortune ; ils pouvaient satisfaire leurs plus extravagans caprices ; ils avaient atteint la limite des désirs réalisables, et, avec une éloquence plus convaincante que celle de la chaire ou de la tribune, ils constataient que l’or coûte aussi cher qu’il vaut, et que le sort de Midas convertissant en ce métal précieux tout ce qu’il touchait est moins enviable que celui du laboureur qui cultive en paix son champ.


II

Nous avons dit, au début de ces études [1], que l’on évaluait à sept cents environ le nombre des millionnaires actuellement existans, en rappelant que, dans la phraséologie moderne, un homme ne figure au livre d’or des millionnaires qu’à la condition de posséder 1 million de livres sterling, 25 millions de francs. Sur ces 700 millionnaires, on en attribue 200 à l’Angleterre. Ce chiure doit être assez près de la vérité, mais il ne comprend que ceux qui possèdent au moins 1 million sterling en terres, en immeubles ou en valeurs. Il ne comprend pas et ne saurait comprendre les fortunes en cours d’édification, non encore définitivement assises et classées, exposées aux reviremens du commerce et de la spéculation. Le nombre de 700 millionnaires pour l’ensemble a pu paraître au-dessous de la réalité. L’esprit humain est porté à l’exagération, surtout quand il s’agit de chiffres. Rien de plus ordinaire que d’entendre doubler, tripler ou quadrupler par des gens, d’ailleurs à même d’en bien juger, le montant de la fortune de ceux qu’ils connaissent le mieux. Au contraire, on dira ruiné un homme qui perdra une partie de ce qu’il possède. S’il laisse dans une spéculation malheureuse 100,000 francs, on grossira ce chiffre d’une façon surprenante ; de même s’il les gagne dans une opération bien conçue. L’attrait du merveilleux, le plaisir de remuer de grosses sommes, ne fût-ce qu’en imagination, est irrésistible, semble-t-il. Il en va de même dans les masses, et comme, pour elles, les moyens d’information, les termes de comparaison et l’expérience personnelle font défaut, elles voient des millionnaires dans tous les gens opulens ou affectant de l’être.

L’Angleterre est incontestablement le pays le plus riche du monde. Si, dans la liste que nous avons reproduite des douze plus grandes fortunes, elle n’est représentée que par cinq

  1. Voyez la Revue du 1er mai.