Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1888 - tome 89.djvu/727

Cette page n’a pas encore été corrigée


I. LA CRIMÉE ET L’ITALIE. — LA CONVENTION DE GENÈVE.


La croix rouge est le symbole de la convention de Genève. La convention de Genève est le contrat international en vertu duquel les blessés, les ambulances, le service sanitaire attaché aux armées, sont neutralisés en temps de guerre. Il a fallu des siècles, il a fallu des hécatombes, des cruautés sans nom et des négligences criminelles pour que cette idée si simple s’imposât, trouvât sa formule, prît un corps et apportât quelque soulagement aux maux que la civilisation semble s’ingénier à rendre plus barbares de jour en jour. Puisque la science s’ingénie en inventions meurtrières, que la paix, dont chacun parle avec emphase, ne sert qu’à préparer la destruction des peuples, puisque aujourd’hui, à la plus grande gloire du progrès moderne, des nations entières sont menées au massacre, comme des troupeaux poussés vers l’abattoir, il était naturel que la pitié, la sainte pitié, fit entendre sa voix et réclamât les droits de l’humanité, qui sont les devoirs de la créature humaine. On a demandé, on a obtenu, que le soldat mis hors de combat ne fût plus considéré comme un adversaire, et fût soustrait aux atrocités systématiques qui constituent ce que l’on nomme