Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1888 - tome 89.djvu/373

Cette page n’a pas encore été corrigée


supérieur, créer de toutes pièces une université municipale. Déjà, grâce à l’insigne faiblesse de l’administration, en dépit des règlemens et des principes, ils ont introduit dans la faculté des lettres de Paris un historien jacobin, grand admirateur de Danton, avec la mission expresse de répandre leurs doctrines sur la révolution. Mais voilà que M. Aulard, qui a du mérite et de l’esprit, sentant le besoin de se faire pardonner son intrusion, consacre surtout ses leçons à faire la bibliographie de l’histoire de la révolution. Fureur de la commission du budget, qui supprime son traitement de 12,000 fr. : plus avisé, le conseil l’a rétabli, mais il est sous-entendu que la menace doit profiter, ou sinon… Ayant pénétré dans la faculté des lettres, son éminence rouge se devait à elle-même de ne pas négliger la faculté des sciences, qu’elle enrichit d’un professeur de biologie chargé de continuer la tradition de Lamarck et de Darwin. Il faut infuser à cette vieille Sorbonne un sang nouveau, les maîtres actuels étant incapables de démontrer « l’évolution du chêne au singe et du singe à l’homme. »

En 18A8, Paris dépensait 1,095,000 francs pour instruire ses enfans ; trente ans après, en pleine république républicaine, avec un conseil radical, on se contentait de 10,487,000 francs ; dix ans s’écoulent, et ce budget a augmenté de 135 pour 100 : il s’élève à 23,934,000 francs. On n’en vient pas encore, comme le savant de maître Guérin, à payer les parens pour qu’ils envoient leurs enfans à l’école, mais on leur offre des avantages qui rendraient toute concurrence impossible, si le mot impossible n’était banni du dictionnaire de la charité chrétienne. Voici par exemple l’École du livre : trois cents apprentis recevant pendant trois ans des bourses d’entretien et des primes, soit 900,000 francs, afin de favoriser l’aristocratie ouvrière, fondeurs de caractères, typographes, lithographes, graveurs, brocheurs, doreurs et libraires. Quant à la plèbe ouvrière, elle a les écoles professionnelles ordinaires. Attendons-nous aux clameurs des corporations sacrifiées, à la création d’un certain nombre d’institutions analogues à l’École du livre.

Les municipaux publient, achètent, commandent des livres, instituent des concours [1]. Tout cela ne suffît pas. Croiriez-vous que certains auteurs de manuels ont eu l’idée diabolique de choisir dans de bons auteurs de mauvais morceaux ; que, par exemple, M. Lebaigue saisit Voltaire, Diderot, Victor Hugo dans leurs momens d’oubli, et leur emprunte sur l’existence de Dieu, l’immortalité de

  1. Au mépris des règlemens universitaires, ils ont, depuis un an, ouvert un concours afin de doter les écoles d’ouvrages irréprochables : le prix de grammaire a été décerna à M. Dacosta, ancien membre de la commune de 1871.