Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1888 - tome 89.djvu/364

Cette page n’a pas encore été corrigée


De 1876 à 1888, la dépense pour les pensions a triplé, passant de 315,000 à 937,000 francs. Avec l’autonomie, ce serait bien autre Chose, et Paris ressemblerait à cette rivière que vantait un Méridional, où « il y avait plus de poissons que d’eau ; » tout le monde serait employé et la seule difficulté à résoudre serait de trouver des payeurs. »

Voilà comme on pratique la politique de ses affaires et les affaires de sa politique. Tout devient prétexte à popularité : les bataillons scolaires, luxe puéril et parasite, création destinée sans doute à remplacer l’armée de l’insurrection, la feue garde nationale ; ci : 146.000 francs ; — les pupilles de la ville, institution détestable, pleine d’abus : 769,000 francs ; — les cantines scolaires qui viennent de sauter de 300,000 à 500,000 francs ; — la dispense de la contribution mobilière pour les petits loyers, c’est-à-dire pour 517,179 logemens, cet impôt retombant comme une sorte de pénalité sur les locataires de 242,288 appartenons ; — secours de loyer à certaines familles, 120,000 francs ; — subventions aux femmes de réservistes, 525,000 francs. — Mais pour obtenir quelque bribe, il faut montrer patte rouge : certains quartiers se trouvant représentés par des monarchistes, on ne pouvait charger ceux-ci de distribuer des fonds républicains ; aussi a-t-on décidé qu’il y aura dans chaque arrondissement une commission de seize membres, quatre désignés par le maire, douze par le conseil municipal.

Et les subventions à d’innombrables sociétés de tir et de gymnastique, dont quelques-unes rappellent les célèbres Beni-Bouf-Toujours ! — Et la fête nationale du 14 Juillet : 300,000 francs ! En 1878, on n’avait rien voté et cependant Paris fut splendidement pavoisé, illuminé par l’élan enthousiaste de ses habitans. — Et les bals de la ville ! une bagatelle de 157,000 francs ! Honneur à la statistique ! On a calculé qu’en une fois on avait bu 50,000 bocks de bière, 500 bouteilles de bordeaux, 2,500 bouteilles de Champagne, 3,000 punchs, absorbé 4,500 sandwiches et 25,000 ou 30,000 gâteaux : Gargantua est dépassé ; les empereurs, les consuls romains ont des imitateurs. On humoriste irrévérencieux affirma qu’en souvenir de Romieu, le préfet de la Seine, M. Poubelle avait fait poser un lampion auprès de chaque ivrogne ; et comme ces histoires de beuverie provoquaient des critiques, nos édiles n’ont pas manqué de dire, pour excuser leur bon peuple, que rien n’était plus naturel, et qu’il n’en allait pas autrement dans les salons de la bourgeoisie. Et l’usine d’électricité, et l’ascenseur funiculaire qu’on aurait pu avoir sans bourse délier ! Et les expositions ouvrières payées avec l’argent des bourgeois ! Et ce nouveau saint-office, composé de cinq ouvriers travailleurs in partibus choisis annuellement parmi