Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1887 - tome 84.djvu/949

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


gloire de son village, de M. George Fath, ni même Petits monstres et Poules mouillées, de Mme de Pitray ? mais voilà des titres pleins de promesses, qui ne sauraient manquer de séduire le jeune public auquel ils s’adressent ; et voilà des auteurs dont les noms nous sont assez connus et le genre de talent, pour les pouvoir signaler en toute confiance et nous tenir assuré de n’en être pas démenti. Nommons également dans une autre collection : Un patriote au XIVe siècle , par Mme de Witt ; Danielle, par M. Colomb, Second violon, par Mme J. Girardin, dont les récits nous ont intéressé souvent autant ou plus que de prétentieux romans, et surtout Capitaine, de Mme P. de Nanteuil. Celui-ci mérite sans doute une mention toute particulière. Ce sont des aventures de terre et de mer que les parens feront bien de lire par-dessus la tête de leurs enfans. Car l’intérêt, — sans dépasser la portée des jeunes esprits, — en est sérieux et touchant, et d’une réalité de vie qui attache. C’est un heureux début où l’auteur a su réunir à un degré rare les principaux mérites du genre, composition ingénieuse et attrayante, distinction de la forme, élévation morale… De jolies illustrations de Myrbach ajoutent encore à l’agrément du texte. Si nous avons d’ailleurs omis de dire que tous ces volumes, sans exception, sont illustrés de nombreuses et spirituelles gravures de MM. Zier, Tofani, Myrbach, etc., c’est une omission que nos lecteurs ont déjà réparée.

Enfin dans la Bibliothèque des merveilles, qui s’accroît cette année, comme toujours, de quatre volumes nouveaux : le Pétrole, de M. Wilfrid de Fouvielle, les Papillons, de M. Maindrou, les Merveilles de l’Horlogerie, par MM. Portal et Graffigny, et Ninive et Babylone, de M. Joachim Ménant, nous insisterons plus particulièrement sur son dernier ouvrage, comme étant d’un véritable assyriologue, et pour cette raison, dans son modeste format, comme contenant, sur ces grandes civilisations disparues, les renseignemens ou les détails les plus précis, les plus sûrs, et d’une valeur scientifique encore supérieure à l’agrément avec lequel ils nous sont présentés.

C’est toute une bibliothèque, elle aussi, que nous offre cette année, comme d’ordinaire, la librairie Hetzel, et où, si nous regrettons longtemps encore, avec ses fidèles lecteurs, de ne plus voir le nom de Stahl, nous retrouvons toujours son esprit, ses intentions et sa tradition. Deux romans nouveaux de M. Jules Verne, Nord contre Sud et le Chemin de France , ne manqueront pas d’être bien accueillis du public habituel du fécond et ingénieux conteur. Pourquoi font-ils l’un et l’autre partie de la série des Voyages extraordinaires ! C’est le secret de M. Jules Verne. Mais, en réalité, Nord contre Sud n’est qu’un dramatique récit du temps de la guerre de Sécession, et quant au Chemin de France , avec les complications où se plaît l’esprit de M. Jules Verne, c’est un récit tout contemporain.