Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1887 - tome 84.djvu/726

Cette page n’a pas encore été corrigée


révolution dans les cours de certaines valeurs minières ; le Rio-Tinto a monté de plus de 100 francs dans cette dernière quinzaine ; les actions de Tharsis ont progressé de 25 pour 100. Il règne toujours une certaine agitation sur le marché où se négocient au comptant des valeurs comme le Nickel, la Société industrielle des métaux, la Compagnie Edison, les titres de mines de diamans ou de mines d’or, etc. Les prix s’élèvent ou s’abaissent d’un jour à l’autre, avec des écarts qui défient toute explication plausible.

L’action de Panama ne s’est pas relevée encore de la dépréciation considérable subie au commencement du mois, sous l’influence de rumeurs défavorables mises en circulation sur l’état des travaux et sur l’insuffisance des ressources dont disposerait encore la compagnie. Pour combattre cette influence, M. de Lesseps a publié, le 15 courant, une lettre adressée par lui au président du conseil des ministres, et dans laquelle, après avoir exposé la situation de l’entreprise, il sollicite de nouveau des pouvoirs publics l’autorisation d’émettre des obligations à lots pour une somme de 600 millions de francs. A l’appui de cette requête ont été publiés également une lettre de M. de Lesseps, de la même date, aux actionnaires et obligataires de la compagnie, et une autre du 25 septembre dernier aux membres de la commission supérieure consultative des travaux du canal de Panama. Il résulte de ces documens que M. de Lesseps est résolu à ouvrir le canal de Panama à l’exploitation avant qu’il ne soit achevé complètement à niveau, et à construire provisoirement un système d’écluses sur une partie du tracé ; qu’il a traité dans cette intention et à forfait, pour la totalité de la construction, avec l’ingénieur Eiffel, et qu’il évalue à 1,500 millions le montant définitif de la dépense à prévoir pour la réalisation de ce nouveau programme. Les souscriptions antérieures ont produit 900 millions à 1 milliard, mais à des conditions de plus en plus onéreuses. De là l’immense intérêt, pour la compagnie et pour tous les intéressés, à l’obtention de l’autorisation demandée par M. de Lesseps d’émettre en obligations à lots le solde des emprunts reconnus nécessaires.


Le directeur-gérant : C. BULOZ.