Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1887 - tome 81.djvu/962

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


traînés eux-mêmes par le torrent et subissent les conséquences d’une situation violente, où l’Europe tout entière armée semble rester à la merci des incident, des fatalités dont les gouvernemens ne sont pas toujours les maîtres.

CH. DE MAZADE.


LE MOUVEMENT FINANCIER DE LA QUINZAINE.




L’assemblée générale des actionnaires du Canal de Suez s’est tenue, le 8 courant, sous la présidence de M. Ferdinand de Lesseps, qui y a recueilli des applaudissemens aussi chaleureux que dans les précédentes réunions annuelles. Les actionnaires du Canal ont tenu une fois de plus à rendre un hommage enthousiaste à l’œuvre grandiose et à l’homme qui, après en avoir été l’illustre fondateur, préside depuis de longues années avec une énergie toujours aussi infatigable au développement de sa prospérité.

D’après le rapport lu à l’assemblée, les recettes totales de 1886 se sont élevées à 59,022,626 francs, dont 56,798,285 pour le transit seul. Les dépenses d’exploitation et les charges du capital social (intérêt aux obligations et actions) ont été de 30,664,460 francs. Les bénéfices nets atteignent 28,358,166 francs, qui sont ainsi répartis, conformément aux prescriptions statutaires : aux actionnaires, 20,134,297 francs ; au gouvernement égyptien, 4,253,724 ; aux fondateurs, 2,835,816 ; aux administrateurs, 567,163 ; aux employés, 567,163.

L’ensemble des recettes de 1886 est inférieur au chiffre obtenu en 1885 ; le trafic du Canal de Suez n’a pu échapper aux causes générales qui affectent depuis déjà longtemps les opérations commerciales industrielles, et, par conséquent, le mouvement des transporte dans le monde entier. Mais la diminution de bénéfices est peu importante si on la compare à celles que la plupart des entreprises de transport ont eu à subir. D’ailleurs, une amélioration du trafic se manifeste déjà. En mai 1887, les recettes ont dépassé de 730,000 francs celles da mois correspondant de 1886. Les flottes des grandes compagnies de