Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1885 - tome 68.djvu/794

Cette page n’a pas encore été corrigée


le personnel nécessaire à la torpille, ni, en haut lieu, des hommes convaincus que la torpille est une arme destinée à jouer dans les guerres maritimes un rôle au moins aussi important que le canon. On l’a bien vu au discours de l’amiral-ministre à la dernière discussion du budget. Qu’a-t-on fait pour le canon ? que fait-on pour la torpille ? De la comparaison entre l’organisation du service de l’artillerie et du service des torpilles, nous tirerons des conclusions évidentes qui nous indiqueront comment il faut traiter l’arme nouvelle. L’artillerie de marine possède comme matériel : deux fonderies spéciales, à Ruelle et à Saint-Gervais ; un atelier spécial dans chaque port, atelier responsable, où l’on répare et où l’on entretient les canons ; enfin une école à feu, à Gavres et même sur le Souverain, où on expérimente les canons sortant des usines de l’état ou achetés à l’industrie. Comme personnel chargé de la construction, de la réparation et de l’entretien des pièces et des projectiles destinés au service de la flotte, elle possède : un inspecteur général, résidant à Paris ; cet inspecteur, qui est un général de division d’artillerie, est secondé par un général de brigade désigné sous le nom d’adjoint à l’inspecteur général ; ces deux officiers généraux ont sous leurs ordres, indépendamment de deux chefs d’escadron ou capitaines aides-de-camp, deux officiers supérieurs d’artillerie, un capitaine, deux gardes ou commis-destinateurs, deux gardes chargés de la surveillance des travaux et un garde comptable. Outre les inspections spéciales et inopinées que le ministre peut confier à l’inspecteur permanent et à l’adjoint à l’inspection générale, ce dernier a plus spécialement pour mission de procéder à des tournées périodiques d’inspection. L’inspecteur général permanent de l’artillerie et l’adjoint font partie du conseil des travaux de la marine ; l’inspecteur général est chargé de l’étude des projets, tracés et instructions qui se rapportent : 1° à l’établissement, la construction, l’amélioration et l’entretien du matériel d’artillerie en France et aux colonies ; 2° à la détermination et à l’exécution des expériences ; 3° aux inspections générales du matériel et à la suite qu’elles peuvent recevoir ; 4° aux inspections de fabrication de bouches à fou, d’armes, de projectiles et de matériel ; 5° aux travaux des écoles. Il donne son avis sur toutes les inventions relatives au service de l’artillerie ; il fait surveiller, d’après les ordres du ministre qui lui sont transmis par la direction du matériel, tous les travaux de fabrication et autres en cours d’exécution pour le compte de l’artillerie de marine ; il ne correspond pas directement avec les chefs de service dans les ports et les établissemens hors des ports ; les communications qu’il peut avoir à échanger avec eux sont faites au nom du ministre par la direction du matériel ; enfin il remet chaque année au ministre un rapport