Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1885 - tome 68.djvu/442

Cette page n’a pas encore été corrigée


la souveraineté de l’Angleterre proclamée en présence des chefs -indigènes, qui, après une certaine opposition, finirent par l’accepter. Un traité fut signé avec eux à Waitangi.

Trois ans à peine s’étaient écoulés que les indigènes se soulevèrent. La lutte dura jusqu’en 1866. Elle recommença neuf ans après. Entre temps, en 1852, le pays avait reçu sa constitution ; il comptait alors 27,000 habitans de race blanche. En 1862, la population avait quadruplé, elle était de 100,000 habitans, et, en 1864, de 172,000. Malgré cela, la paix ne régnait pas encore, et l’on eut à redouter, pendant quatre ans, de 1861 à 1865, des guerres de partisans.

Depuis 1871, le pays est tranquille. La population atteignait alors le chiffre de 256,000 habitans. En 1875, la constitution fut révisée. Elle est analogue à celle des autres colonies.

Le pouvoir législatif est exercé par le gouverneur et une assemblée générale composée de deux chambres : le conseil législatif et la chambre des représentons. Le conseil renferme quarante-cinq membres nommés à vie par la couronne, et la chambre des représentans quatre-vingt-dix-neuf membres élus par le peuple pour trois ans. Parmi les membres de la chambre des représentans, il y a quatre indigènes élus par les natifs.

Pour être électeur, il faut avoir résidé dans la colonie six mois, être âgé de vingt et un ans, avoir une propriété de 625 francs. Pour les Maoris, il faut le même âge, être inscrit aux rôles des contributions ou avoir une propriété de 625 francs. En 1882, on comptait 120,263 électeurs, Européens ou résidens, et 918 Maoris, propriétaires ou inscrits aux rôles.

Le gouverneur est sir Drummond Jervois. Il commande en chef les troupes, reçoit 125,000 francs, plus 62,500 francs d’allocations. Huit ministres, dont un indigène, sans portefeuille, composent le conseil exécutif : le premier et trésorier colonial et commissaire des douanes, le ministre des terres et de l’immigration, le ministre des affaires indigènes, le secrétaire colonial et ministre de la justice et de l’éducation, le ministre des travaux publics, l’attorney général, le directeur général des postes et commissaire des télégraphes.

La milice des volontaires comprend 10,294 hommes, et la police armée 1,404 officiers et policemen. Quatre torpilleurs de second rang sont affectés à la défense de la colonie.

La Nouvelle-Zélande se compose d’un très grand nombre de petites îles et archipels qu’on se plaît à y rattacher, et de trois îles principales : l’Ile du Nord, l’Ile du Milieu, la plus grande, et l’Ile du Sud ou Stewart. L’Ile du Nord porte en maori le nom de Te Ika a