Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1885 - tome 68.djvu/418

Cette page n’a pas encore été corrigée


quatre-vingt-six. Il faut payer une cote foncière, être rentier, pour être membre ou électeur du conseil législatif. En 1881, on a beaucoup étendu les franchises électorales, et l’on a fixé une rente de 2,500 francs pour être élu membre, ou de 250 francs pour être électeur, si l’électeur est propriétaire, ou 625 francs de loyer s’il n’est que locataire. Les gradués des universités britanniques, les étudians inscrits à l’université de Melbourne, les ministres de toutes les religions, les maîtres d’école brevetés, les hommes de loi, les médecins en exercice, les officiers de terre et de mer votent sans condition. La durée du mandat au conseil législatif est de six ans ; il est renouvelable par tiers tous les deux ans.

Les membres de l’assemblée législative sont élus au suffrage universel pour le terme de trois ans. Les membres d’un clergé quelconque et les personnes convaincues de crimes sont exclus du conseil et de l’assemblée.

Le gouverneur de Victoria était, au mois de mai dernier, le marquis de Normanby. Il est rentré en Angleterre en juin, et le nouveau gouverneur nommé depuis est sir Henry Loch. C’est sir William Stawell qui a fait un moment office de gouverneur.

Le gouverneur reçoit 250,000 francs. Il est assisté de neuf ministres, dont quatre au moins doivent être membres du parlement. Ces ministres sont : le premier et trésorier, le chef secrétaire et maître général des postes, l’attorney général, le ministre des mines, le ministre de la justice et commissaire des travaux publics, le ministre des terres, le commissaire du commerce et des douanes, le commissaire des chemins de fer, le ministre de la défense.

Pour la défense sur mer, Victoria possédait trois grands torpilleurs très puissans et deux canonnières, construites en Angleterre en 1883 ; elle vient d’en recevoir deux autres. Elle a aussi un vaisseau cuirassé, le Cerbère, de 2,500 tonneaux, et un vieux vaisseau en bois, le Nelson, armé fortement et muni d’une machine de 500 chevaux. On ajoutera à ce matériel quatre croiseurs et trois autres vaisseaux à vapeur. Le nombre des marins, matelots et officiers est de 336. Les approches de Melbourne sont défendues par des batteries. La colonie a une milice de volontaires comprenant en tout 3,035 hommes pour l’infanterie, la cavalerie, l’artillerie, le génie, les torpilleurs et le service des signaux. Un commissaire militaire et un commissaire naval sont nommés par le gouvernement de la reine aux frais de la colonie. On a dépensé pour la défense de la colonie 2 millions 1/2 de francs en 1883, et l’on estime la dépense de 1884 à 4,700,000 francs. Nous n’avons pas à nous étonner maintenant que les colonies australiennes, notamment Victoria, soient si arrogantes vis-à-vis de la France quand elles agitent la question