Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1885 - tome 68.djvu/417

Cette page n’a pas encore été corrigée


l’Australie. Les Anglais parèrent à cette éventualité en occupant Port-Phillip au commencement de 1803, pour y fonder un établissement pénitentiaire du genre de celui de Botany-Bay. Le 7 octobre, un convoi maritime composé de 407 personnes, dont 307 convicts, arriva à Port-Phillip. Le commandant n’y trouvant pas les élémens nécessaires à son installation, fît voile pour la Terre de Van-Diemen, où il arriva le 30 janvier 1804, rencontrant là un détachement de convicts déjà installé.

Pendant les vingt ans qui suivirent, on ne s’occupa plus de Port-Phillip ; mais, en 1826, craignant de nouveau de voir les Français s’établir sur cette côte, le gouverneur de la Nouvelle-Galles du Sud envoya un détachement de troupes qui y resta un an. Les premiers essais de colonisation ne furent réellement tentés qu’en 1835 par des gens venus de Tasmanie, qui amenaient avec eux du bétail, surtout des moutons. En 1836, le major Mitchell, dressant la carte de l’établissement de Port-Phillip, donna à la partie occidentale le nom d’Autralia felix ou Australie heureuse, qui lui est resté et qu’elle a mis comme une devise sur ses armes. La population s’élevait alors à 2,240 habitans possédant 41,000 moutons. Le gouverneur de Sydney établit à Port-Phillip un bureau de douane. L’année suivante, Melbourne sur les bords du Yarra-Yarra, « l’Eau qui court toujours, » et Geelong, à l’extrémité occidentale du golfe, étaient fondées. Les immigrans arrivèrent en foule, les pâturages étaient excellons, la vente des terres se faisait à souhait.

En 1839, on comptait déjà 3, 510 résidens du mouvement séparatiste s’accentua de plus en plus, et, le 1er juillet 1851, l’établissement de Port-Phillip fut détaché de la Nouvelle-Galles du Sud et reçut le nom de Victoria en l’honneur de la reine d’Angleterre. L’or était en même temps découvert à Ballarat, comme il venait de l’être à Bathurst, dans la Nouvelle-Galles du Sud, et, le 1er septembre, le gouverneur de la nouvelle colonie accordait la première concession de mine. La fièvre de l’or éclata là comme en Californie et des excès de tout genre, qui marquèrent les débuts de l’exploitation, durent être sévèrement réprimés.

En 1854, Victoria, grâce à ses inépuisables champs d’or, comptait 267,371 habitans. Depuis, elle n’a fait que grandir et elle est aujourd’hui, avec la Nouvelle-Galles du Sud, la colonie la plus peuplée et la plus riche de tout le continent australien. Les deux colonies, sœur aînée et sœur cadette, se jalousent et sont dans un état de rivalité permanente.

La constitution de Victoria date de 1854. Elle institue un parlement composé de deux chambres, dont un conseil législatif de quarante-deux membres et une assemblée législative de