Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1884 - tome 63.djvu/602

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





LA



CHINE ET LES CHINOIS



________



II[1].
LA LANGUE. — LES CLASSES. — LES LETTRES. — LE JOURNAL. — ÉPOQUES PRÉHISTORIQUES.



________




vi. — la langue


L’origine des langues est un mystère pour tous les savans. Lorsqu’on examine une langue, c’est-à-dire cet ensemble de sons se groupant d’une manière méthodique et exprimant tous les tours si délicats de la pensée, on se demande avec stupéfaction qui a pu créer une telle merveille ; et lorsque, parcourant les divers pays du globe, on entend parler tant de langues diverses, incompréhensibles les unes aux autres, on est bien obligé de reconnaître qu’il y a eu des auteurs de langues, puisqu’elles diffèrent avec les peuples.

Comme il est constant que ces créations remontent à une très haute antiquité, il faut en conclure qu’il y a eu une époque de splendeur dans les premiers temps du monde et que l’intelligence de l’homme a été capable d’imaginer et de composer les langues dans les diverses tribus formant alors la société humaine. C’est là, je pense, la déduction qu’il est permis de faire,

  1. Voyez la Revue du 15 mai.