Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1884 - tome 63.djvu/419

Cette page n’a pas encore été corrigée


ou celui de Chilca, à 70 kilomètres au sud, offraient de bonnes conditions de campement. On résolut d’occuper ce dernier. Toutefois, pour détourner l’attention des Péruviens du véritable objectif de l’état-major chilien et pour leur faire croire que l’armée chilienne se proposait d’occuper les provinces au nord de Lima et de tenter de ce côté l’attaque de la ville, le général en chef décida l’embarquement d’une colonne expéditionnaire sous les ordres du colonel Lynch, à destination de Chimbote. Ses instructions étaient d’occuper Chimbote de manière à faire supposer un débarquement imminent de l’armée dont la colonne de Lynch ne serait que l’avant-garde, rayonner de là dans les riches provinces de Libertad, Ancachs et Lambayeque, et disperser les corps en formation levés dans ces provinces pour renforcer l’armée de défense de Lima.

D’origine irlandaise, entré très jeune au service du Chili, le colonel Lynch avait déjà servi dans la campagne de 1838 contre la confédération du Pérou et de la Bolivie. Depuis, et sous les auspices de son pays d’adoption, il avait complété son éducation militaire dans la marine anglaise, pris part à la guerre contre la Chine et était rentré au Chili ayant honorablement conquis son grade de lieutenant de vaisseau de la marine de la Grande-Bretagne. Officier distingué, d’une incontestable bravoure alliée à un rare sang-froid et à une grande fermeté, il avait joué un rôle important dans la guerre actuelle. Gouverneur d’Iquique après la capitulation de cette place importante, il avait été depuis appelé au commandement de la première brigade. L’expédition qui lui était confiée pouvait rencontrer des difficultés sérieuses ; obligé d’agir isolément, sa responsabilité était grande, mais on lui laissait toute liberté d’action.

La colonne sous ses ordres comprenait 1,900 soldats d’infanterie, 400 cavaliers, de l’artillerie de montagne, une section du corps du génie et une ambulance complète, en tout 2,500 hommes.

Le 4 septembre, l’expédition quittait Arica à bord de deux grands transports escortés par la corvette de guerre Chacabuco, soutenue par la corvette O’Higgins, et le 10, le convoi mouillait en rade de Chimbote à 50 lieues au nord du Callao. La place, occupée par une faible garnison péruvienne, ne tenta aucune résistance ; sans coup férir, on fit main basse sur le chemin de fer et le télégraphe, et, pour ne pas laisser à la garnison en fuite le temps de se rallier à quelque corps en formation ou de semer l’alarme, le colonel Lynch, à la tête de 400 hommes, se dirigea vers l’intérieur des terres et s’avança jusqu’aux riches domaines del Puente et de Palo Seco. Ces deux magnifiques plantations de canne à sucre appartenaient à don Dionisio Derteano, riche propriétaire, ami personnel du dictateur Pierola. Mis en demeure, de payer immédiatement une contribution