Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1880 - tome 40.djvu/246

Cette page n’a pas encore été corrigée


déplaît même pas de le voir se tromper. Volontiers on se mettrait à discuter avec lui : les questions de langue, d’orthographe, de prononciation ont toujours eu le don en France de nous intéresser. « Oui, monsieur Vaugelas, lui dirait-on, vous avez raison d’établir une différence entre propriété et propreté. (T. Ier, p. 57. ) Les Parisiens de voire temps, comme ceux du notre, avaient tort de parler du bout des dents et de dire merry pour marry, et au contraire les provinciaux de dire norrie pour nourrie. Quoi que vous en pensiez, la postérité emploiera péril imminent, non éminent. (P. 411.) Que vous êtes bon prophète, quand vous prédisez un brillant avenir à sécurité (p. 113), que Patru, l’élégant Patru, ne trouve pas français ! Mais se condouloir passera. Nous laisserons fillol pour adopter filleul. Nous écrirons gangrène et prononcerons le mot comme il est écrit, non cangrène. Enfin banquet est et restera français ; si vous viviez de notre temps, il vous serait bien facile de vous en convaincre. » Et ainsi de suite !

Chacun de ces mots, chacune de ces locutions, sont étudiés avec autant d’intelligence que de sollicitude. M. Chassang fait suivre les Remarques de Vaugelas des observations de Patru, de Thomas Corneille et de l’Académie française. Les Remarques ont en effet été réimprimées plusieurs fois dans le XVIIe et le XVIIIe siècle ; mais le nouvel éditeur a pris soin de nous donner le texte original de 1647 et de restituer l’orthographe et la ponctuation de la même édition. Ainsi il rectifie et complète le travail de ses devanciers. De plus, il ajoute aux anciennes Remarques des Remarques inédites tirées d’un manuscrit rongé par les rats, opici mures. Enfin il a eu la bonne fortune de mettre la main sur une clé inédite trouvée dans les manuscrits de Conrart. Les notes, quoique trop discrètes, en sont une autre aussi précieuse. Donc, grâce à M. Chassang, nous avons là un Vaugelas original, complet, restauré, remis dans son cadre, — bel hommage rendu à un ancêtre, pour ainsi dire, par un des plus dignes et des plus savans grammairiens de l’école nouvelle.


AUGUSTE BOURGOIN.

Le directeur-gérant, G. BULOZ.