Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1880 - tome 37.djvu/388

Cette page n’a pas encore été corrigée


châtelains viendront s’y installer et donner par leur présence une impulsion nouvelle au progrès agricole.

La région du sud comprend les départemens des Pyrénées orientales, de l’Aude, de l’Hérault, du Gard, de l’Ardèche, de la Drôme. de Vaucluse, des Bouches-du-Rhône, du Var, des Basses-Alpes, des Alpes-Maritimes et de la Corse. Limitée au sud par la Méditerranée, elle est entourée aux autres aspects par les chaînes des Alpes et des Cévennes, qui l’abritent contre les vents froids. Elle est traversée du nord au sud par la vallée du Rhône et de l’est à l’ouest par celle de la Durance. Le climat y est très doux, sauf dans la partie exposée au mistral, et permet, sur plusieurs points de la Provence, à l’oranger, au citronnier, au chêne-liège, d’y végéter en pleine terre.

Dans le département du Var, la production des fruits et des primeurs s’est développée depuis que les chemins de fer peuvent les transporter rapidement vers ce marché toujours ouvert qu’on appelle Paris. Des forêts de pins couvrent la chaîne des Maures et de l’Estérel le long de la Méditerranée. L’agriculture proprement dite est peu avancée, car Je seigle et le blé ne donnent guère plus de 13 hectol. à l’hectare.

Autrefois la culture de la vigne, celle de la garance et l’éducation des vers à soie étaient pour quelques-uns de ces départemens, notamment pour celui de Vaucluse, une source de prospérité que le phylloxéra, l’alizarine artificielle et la maladie des vers à soie ont aujourd’hui tarie. Il faut se rejeter sur l’élève du bétail, et c’est aux irrigations qu’on a recours dans ces chaudes régions pour créer les pâturages nécessaires. Cette transformation mettra fin à la déplorable pratique de la transhumance des troupeaux de moutons, qui est le principal obstacle au reboisement des montagnes et à la régularisation des cours d’eaux. De grands travaux sont aussi entrepris pour la mise en culture de la Crau et de la Camargue, dont l’une est une plaine caillouteuse et stérile à laquelle il ne faut que de l’eau pour se transformer en prairies, dont l’autre est une plaine basse et marécageuse qui a surtout besoin d’être assainie et dessalée.

La neuvième région, dite de l’est, est formée par les anciennes provinces de la Franche-Comté, de la Bourgogne, de la Savoie et par une partie du Dauphiné. Elle est très accidentée et jouit d’un climat tempéré dans les parties basses, mais rigoureux sur les hauteurs. Elle renferme les riches vallées de l’Isère, de la Saône, du Rhône, couverte des cultures les plus variées, les vignobles célèbres de la Côte-d’Or, les montagnes du Jura avec leurs bois et leurs pâturages, et les sommets abrupts des Alpes, trop souvent dénudés, ravagés par les torrens. La culture n’est malheureusement pas restreinte aux plaines et aux vallées ; de maigres champs de seigle ou de pommes de terre se rencontrent aussi sur les flancs