Page:Revue des Deux Mondes - 1879 - tome 33.djvu/763

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


honnête, si modeste au fond, un souvenir cruel qu’il considérait comme la plus grande leçon politique, et cet enseignement a contribué, autant que ses propres réflexions, à le décider en faveur des situations simples et dos convictions fondées sur le droit.

Voici d’ailleurs comment il a décrit et jugé les sentimens qu’il trouvait autour de lui au moment de la chute de l’empire :

« C’était la pure politique qui avait amené ma famille à la restauration. Mon père, entre autres, ne me parut pas un seul moment dans une autre disposition que celle d’un homme qui fait une chose nécessaire, et qui en accepte volontairement les conséquences. Ces conséquences, il eût été puéril de se les dissimuler et de prétendre les éviter entièrement, seulement on aurait pu les mieux combattre, ou tâcher de les atténuer davantage. Ma mère, un peu plus émue en sa qualité de femme, un peu plus accessible au sentimentalisme bourbonien, se laissait plus aller au mouvement du moment. Il y a dans tout grand mouvement politique quelque chose d’entraînant qui commande la sympathie, à moins qu’on n’en soit préservé par une inimitié de parti. Cette sympathie désintéressée, jointe au goût de la déclamation, est pour une bonne part dans les platitudes qui déshonorent tous les changemens de gouvernement. Cette même sympathie fut cependant, dès l’origine, combattue chez ma mère par le spectacle de l’exagération des sentimens, des opinions et des paroles… Le côté humiliant, insolent, de la restauration, et de toute restauration, est ce qui m’en choque le plus ; mais si les royalistes n’en avaient abusé, on le leur aurait passé en grande partie. Ce qu’en ce genre ont supporté de très honnêtes gens est étrange. Je sais encore bon gré à mon père d’avoir, dès les premiers jours, relevé assez vivement une personne qui, dans notre salon, soutenait dans toute son âpreté la pure doctrine de la légitimité. Cependant il fallait bien l’accepter, au moins sous une forme plus politique. Le mot même fut, je crois, accrédité, surtout par M. de Talleyrand, et de là un cortège inévitable de conséquences qui ne tardèrent pas à se dérouler. »

Ce n’est pas là seulement de la part de mon père un jugement historique ; il commençait dès lors, tout jeune qu’il fût, à penser par lui-même et à diriger, tout au moins à éclairer les opinions de ses parens. Il me sera donné de publier bientôt les souvenirs de sa jeunesse, de sorte qu’il n’est pas nécessaire d’y insister ici. Il faut pourtant un peu parler de lui à propos des Mémoires de sa mère, auxquels il n’a pas été si étranger qu’on le pourrait croire. Dans ce bref récit, je n’ai point parlé d’un des traits caractéristiques et touchans de celle dont je raconte la vie. Elle était une mère admirable, soigneuse et tendre. Son fils Charles, né le 24 ventôse an V (14 mars 1797), paraît lui avoir donné dès. le premier jour les