Page:Revue des Deux Mondes - 1879 - tome 33.djvu/745

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


querelles des partis. Il est intéressant d’apporter un élément nouveau aux discussions qui s’agitent autour de cette ombre éclatante. Quoique les mémoires sur l’époque impériale soient nombreux, jamais on n’a parlé avec détail et indépendance de la vie intérieure du palais, et il y avait de bonnes raisons pour cela. Les fonctionnaires ou les familiers de la cour de Bonaparte, même empereur, n’aimaient pas à dévoiler avec une sincérité absolue les misères du temps qu’ils avaient passé près de lui. La plupart d’entre eux, devenus légitimistes après la restauration, se trouvaient quelque peu humiliés d’avoir servi l’usurpateur, surtout en des fonctions qui, aux yeux de bien des gens, ne peuvent être ennoblies que par la grandeur héréditaire de celui qui les donne. Leurs descendans eux-mêmes auraient été parfois embarrassés pour publier de tels manuscrits, s’ils leur avaient été laissés par leurs auteurs. Peut-être trouverait-on difficilement un éditeur, un petit-fils, qui fût plus libre que celui qui écrit ces lignes de publier un tel ouvrage. Je suis bien plus touché du talent de l’écrivain et de l’utilité de son livre que de la différence entre les opinions de ma grand’mère et celles de ses descendans. La vie de mon père et sa renommée, les sentimens politiques qu’il m’a laissés comme son plus précieux héritage, me dispensent d’expliquer comment, et pour quelles raisons, je ne partage point toutes les idées de l’auteur de ces mémoires. Il serait au contraire facile de rechercher dans ce livre les premières traces de l’esprit libéral qui devait animer mes grands parens dans les premiers jours de la restauration, et qui s’est transmis et développé chez leur fils d’une façon si heureuse. C’était presque être libéral déjà que de n’avoir pas pris en haine les principes de la liberté politique à la fin du dernier siècle, lorsque tant de gens faisaient remonter jusqu’à elle les crimes qui ont souillé trop de jours de la révolution, et de juger librement, malgré tant de reconnaissance et de franche admiration, les défauts de l’empereur et les misères du despotisme.

Cette impartialité si précieuse et si rare chez les contemporains du grand empereur, nous ne l’avons même pas rencontrée de nos jours chez les serviteurs d’un souverain qui devait moins éblouir ceux qui l’approchaient. Mais un tel sentiment est facile aujourd’hui. Les événemens se sont chargés de mettre la France entière dans un état d’esprit propre à tout accueillir, à tout juger avec équité. Nous avons vu changer plusieurs fois l’opinion sur les premières années de ce siècle. Il n’est pas nécessaire d’être très avancé dans la vie pour avoir connu un temps où la légende de l’empire était admise même par ses ennemis, où l’on pouvait l’admirer sans danger, où les enfans croyaient en un empereur, grandiose et bonhomme à la fois, à peu près semblable au bon Dieu de Béranger, qui