Page:Revue des Deux Mondes - 1879 - tome 33.djvu/690

Cette page a été validée par deux contributeurs.


précis, aujourd’hui connus et bien démontrés. Nous commencerons donc par dire brièvement en quoi consiste la circulation du sang chez l’homme.

Le cœur est l’organe principal de la circulation : c’est un muscle creux composé de quatre cavités : deux oreillettes et deux ventricules. Il y a un cœur droit et un cœur gauche ; par conséquent le cœur droit est formé d’une oreillette et d’un ventricule, et le cœur gauche également d’une oreillette et d’un ventricule. Le cœur droit et le cœur gauche, par suite de leur accolement intime, semblent ne former qu’un seul organe : ils sont pourtant séparés par une cloison qui n’est perforée d’aucun orifice. Entre l’oreillette et le ventricule est un système de valvules tel, que le sang passe sans difficulté de l’oreillette dans le ventricule, mais ne peut en aucune manière refluer du ventricule dans l’oreillette, et cela aussi bien à droite qu’à gauche.

Du ventricule gauche part une artère, l’artère aorte, qui se divise et se subdivise en rameaux de plus en plus petits, de même que le tronc d’un arbre donne naissance à une multitude de branches. Ce sont les artères du corps qui finalement deviennent extrêmement petites pour former des branches ténues qu’on appelle des capillaires. Par suite d’un appareil de valvules placé à la base de l’aorte, le sang lancé par le ventricule gauche ne peut refluer dans ce même ventricule, de sorte que chaque contraction du cœur envoie du sang dans toutes les artères sans que le liquide ainsi projeté puisse revenir en arrière. En poursuivant les dernières ramifications des artères qui se distribuent ainsi à tout l’organisme, on voit qu’elles deviennent de plus en plus fines, et comme capillaires, puis qu’une nouvelle ramification se forme, mais disposée en sens inverse, pour constituer le système veineux. Ainsi le sang lancé dans les artères passe dans les capillaires et de là dans les veines. Le sang devenu veineux retourne au cœur et va affluer dans l’oreillette droite. Alors l’oreillette droite se contracte, lance le sang dans le ventricule droit. À son tour le ventricule droit se contractant lance le sang dans l’artère pulmonaire et de là dans les poumons. Le sang circule dans les poumons, et au contact de l’oxygène de l’air devient, de noir qu’il était, rutilant et vermeil. Après avoir traversé les poumons, ce même sang revient au cœur dans l’oreillette gauche qui le lance dans le ventricule gauche. Puis le même circuit recommence : du ventricule gauche à l’oreillette droite, à travers le corps ; du ventricule droit à l’oreillette gauche, à travers les poumons. Il y a donc deux circulations : la grande circulation qui se fait dans tout l’organisme du cœur gauche au cœur droit, la petite circulation qui se fait dans les poumons, du cœur droit au cœur gauche.