Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1878 - tome 27.djvu/855

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

afin d’être là si les gens de la sûreté générale essayaient encore un coup de force. Il s’était préalablement rendu au comité de salut public, et en avait obtenu la promesse qu’il serait averti le premier si quelques mesures étaient dirigées contre la Banque. On en fut quitte pour la peur; nul vengeur de Flourens, nul enfant du père Duchêne obéissant au commandement de Gustave Maître, nul lascar marchant sous les ordres du lieutenant-colonel Janssoulé ne vint faire sonner son fusil sur les trottoirs de la rue de La Vrillière. Jourde profita de la circonstance pour demander à M. de Plœuc de lui faire remettre 1,600,000 francs. Le sous-gouverneur déclara que ces réquisitions incessantes épuisaient la Banque, qui bientôt n’y pourrait plus répondre que par un refus motivé. — Vous nous croyez riches, disait M. de Plœuc, mais nous ne le sommes pas ; vous savez bien qu’au moment où les troupes allemandes ont marché sur Paris, nous avons fait partir toutes nos valeurs; elles ne sont pas revenues. Je ne vous trompe pas; les traces de ce transbordement sont faciles à trouver; interrogez les layetiers qui ont fabriqué nos caisses, vérifiez les registres des chemins de fer qui ont transporté nos colis et vous vous convaincrez que la majeure partie de notre fortune est en province. — Eh ! mon Dieu ! monsieur le marquis, répondit Jourde, je le sais bien, mais, en m’avançant de l’argent, la Banque se protège elle-même et m’aide à la sauver, ce qui sans cela me serait impossible. — On discuta, et l’on finit par tomber d’accord. La Banque verserait 400,000 francs à la délégation des finances, si le conseil des régens, qui continuait à se réunir tous les jours, y consentait. M. de Plœuc, rencontrant M. Marsaud quelques instans après cette conversation, lui dit: — La commune est bien malade; elle ne tardera pas à mourir. — A quoi voyez-vous cela? demanda M. Marsaud. — Eh ! eh ! reprit M. de Plœuc, Jourde m’a appelé monsieur le marquis, c’est un signe !


XII. — L’ENSABLEMENT DES CAVES.

M. de Plœuc avait raison; la commune était bien malade; elle venait d’entrer dans la dernière période de son existence, ou pour mieux dire, de sa maladie, période aiguë, pleine de délire et de frénésie. Le 16, elle renverse la colonne de la grande armée en présence de M. Glais-Bizoin, qui regarde chapeau bas et avec émotion. Le 17, au moment où la cartoucherie de l’avenue Rapp va sauter, elle envahit l’église de Notre-Dame-des-Victoires, la saccage, y vole tous les objets précieux, et y laisse plus de quatre cents bouteilles vides apportées pleines de chez le marchand de vin du coin. Ces taupes de la libre pensée fouillaient le sol de l’église pour y trouver,