Ouvrir le menu principal

Page:Revue des Deux Mondes - 1878 - tome 27.djvu/634

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ETUDES
SUR
LES TRAVAUX PUBLICS
ROUTES, CHEMINS ET TRAMWAYS.

I. Etude historique sur l’administration des voies publiques en France, par M. E.-J.-M. Vignon. — II. Etude historique et statistique sur les voies de communication en France, par M. Félix Lucas. — III. Conférences sur l’administration et le droit administratif, t. III, par M. Léon Aucoc. — IV. Tramways et chemins de fer sur routes, par M. P. Challot.


I.

Les travaux publics dont l’antiquité nous a laissé le souvenir ou légué des restes encore debout se font tous remarquer par un caractère de luxe et de grandeur. Ils ont quelque chose de fastueux qui dépasse la juste mesure de l’utilité ; l’harmonie entre le but et l’effet n’y existe pas. Voulait-on ériger le tombeau d’un monarque, c’était une pyramide; une porte de ville prenait l’aspect d’un arc de triomphe. Dans un pont, on considérait moins les exigences du débouché de seaux ou les commodités de la circulation que certaines idées préconçues de perspective et d’embellissement. Nul ne semblait se douter jadis que la vraie beauté des œuvres utiles est d’atteindre le but sans le dépasser. Nous serions tentés de croire que les constructeurs de l’ancien temps n’avaient pas à compter avec la dépense, ou qu’ils avaient à vil prix ce qui coûte aujourd’hui si